samedi 3 novembre 2018

Juliette Dierckens: " Où que tu sois"



Editions Ravet-Anceau
144 pages


4 ème de couverture



Lucie Ducairne est hantée par ses souvenirs. Dans ses rêves, elle revoit inlassablement sa coéquipière Alicia tomber du haut d’un immeuble arrageois alors qu’elles pourchassaient toutes deux le Faucheur, un tueur en série d’une cruauté inégalée. Le meurtrier s’attaquait à de jolies femmes aux yeux clairs, les obligeant à se maquiller avant de les torturer et de les égorger. Un temps tranquille, le voilà qui assassine à nouveau. Lucie reprend l’affaire avec l’aide du lieutenant Luc Martin. Obnubilée par sa vengeance, elle laisse peu à peu son collègue pénétrer son monde de douleur. Et comprend bientôt que c’est avec elle que le Faucheur veut jouer.


Mon avis



" Où que tu sois" est un petit polar de 140 pages et c'est sans conteste pour moi un bijou noir. Ce qui m'a étonnée c'est l'oeuvre d'une auteure âgée d'à peine 20 ans.
C'est son premier livre et Juliette Dierckens connaît déjà tous les codes d'un bon polar. L'action se situe à Arras, l'héroïne Lucie Ducairne enquête sur une affaire qu'elle connaît déjà.
Oui, ce roman est un cold case, cinq ans auparavant, sa coéquipière Alicia et elle étaient sur la piste d'un tueur en série, prénommé " Le Faucheur".

" Un monstre qui a lacéré, saigné sa chair à blanc. La lame mordant la peau et les muscles, et formant sur chaque centimètre de larges sourires ensanglantés. " 

Attristée et hantée par la perte de sa meilleure amie, Lucie doit surmonter et combattre ses propres démons.
Il faut de nouveau retrouver le meurtrier. Pour cela, elle fera équipe avec Martin...



" Où que tu sois" est un polar rythmé et sacrément bien ficelé. Tout va très vite, les meurtres sont nombreux ayant le même modus opérandi. Mais " Le Faucheur" change de stratégie.
Lucie parviendra-t-elle à arrêter ce redoutable meurtrier?

" Chacune portait une nuisette de soie noire, chacune avait le corps mutilé. Chacune était maquillée de façon soignée, élégante, avec un smokey-eyes et un rouge à lèvre rouge sur une peau magnifiquement pâle. "

Juliette Dierckens écrit un polar où tout est bien orchestré. Tout est bien dosé. J'ai beaucoup aimé le final du roman, je ne m'attendais pas à ça.
Son écriture tient en haleine et c'est une histoire bien noire comme je les aime.
Alors pourquoi ne pas découvrir cette jeune auteure dans ce récit arrageois où le lecteur suit les traces d'un assassin non loin de la gare d'Arras.


L'auteure





Juliette Dierckens est née à Lens en 1998 et vit à Vendin-le-Vieil. Passionnée de littérature et d’anglais, elle poursuit des études littéraires en classe préparatoire (hypokhâgne et khâgne) à Arras.
Intéressée par la psychologie des tueurs et les sentiments des personnages, elle interroge la notion de frontière entre le bien et le mal. Ses auteurs de prédilection ? Maxime Chattam et Harlan Coben. Outre les polars, elle est mordue de séries, à l’image d’Esprits criminels. Elle est également marquée par des personnages tels que Buffy ou Angel de Buffy contre les vampires. L’écriture la poursuit depuis l’âge de 11 ans mais c’est à 15 ans qu’elle a commencé à rédiger des romans.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles les plus consultés