samedi 30 janvier 2021

Gwenael Le Guellec : " Armorican Psycho "


 Editions Pocket 

784 pages


4 ème de couverture



À Brest le temps est à la tempête. Ce qui n’est pas pour déplaire à Yoran Rosko, le photographe des conditions hostiles. Il aime cette ville et ne craint pas la fureur des éléments dont les excès nourrissent son travail. Sans doute aussi parce qu’atteint d’achromatopsie, maladie qui lui fait craindre la lumière et l’empêche de percevoir les couleurs, il préfère l’opacité. Jusqu’à ce que Claude Garrec, son ami et mentor, disparaisse. De Brest au cercle polaire, Yoran se retrouve confronté au « Tailleur de sel », un tueur en série insaisissable, aux motivations obscures qui va l’entrainer jusqu’aux confins de la nuit polaire…




Mon avis



Yoran Rosko est photographe mais il est un peu particulier ; il voit le monde en noir et blanc. Sa maladie visuelle l'empêche de vivre normalement le jour. Alors la nuit est sa principale destinée. Il apprend que son ami Claude a disparu et qu'un cadavre a été retrouvé dans son appartement. Ce dernier est à priori un ancien capitaine de cargo norvégien, disparu en mer en 1995.Yoran n'a qu'une obsession retrouver au plus vite son meilleur ami. Ce cadavre serait l'œuvre d'un tueur redoutable intitulé " Le tailleur de sel "....


" Armorican Psycho" est un véritable pavé de plus de 700 pages, cela me freinait à le lire mais une fois les premières pages tournées, j'ai plongé avidement dans l'histoire. J'ai découvert Brest et ses environs, une pluie battante à chaque instant où la mer se déchaine inlassablement.
" Chaque Brestois avait une histoire à raconter à propos du quartier de Recouvrance, dont le pont constituait le lien privilégié avec le centre-ville. D’un côté, la vieille tour Tanguy et le jardin des Explorateurs, de l’autre, le château de Brest, régnant sur la cité du haut de ses dix-sept siècles, et l’Arbre emphatique d’Enric Ruiz Geli et ses sept plantes. L’alliance, si brestoise, entre passé regretté et avenir espéré. "
J'ai senti l'écume et le vent qui glace jusqu'au point d'être en état de gel. J'ai ainsi voyagé pour mon plus grand plaisir !
Cette histoire a capté mon attention et le personnage Yoran Rosko m'a beaucoup plu. C'est un être à part entière. Son handicap visuel n'est pas pour lui un problème. Yoran est même redoutable, il ne lâche rien !
Il sait braver la tempête comme le climat brestois.

Gwenael Le Guellec a fait de ce roman un thriller remarquable et un véritable page turner. L'histoire est captivante sans aucun temps mort. L'ambiance du livre y est pour beaucoup. C'est sombre, vertigineux, frémissant et glaçant ! Quant à l'enquête, elle est palpitante à chaque chapitre.

Alors ça vous dit de découvrir non seulement cet auteur mais aussi l'univers de Brest ! N'ayez pas peur de l'épaisseur du roman, vous verrez il se lit sans relâche !

Je suivrai assurément les aventures de Yoran, d'ailleurs l'auteur vient de sortir depuis peu son deuxième roman intitulé " Exil pour l'enfer " aux éditions les Nouveaux Auteurs.






L'auteur



Gwenael Le Guellec s'est longtemps passionné pour la photographie, avant de se consacrer plus amplement à l'écriture.

Désormais installé en Île-de-France, le natif de Brest puise son inspiration dans ses voyages à travers l'Europe et au Japon ainsi que dans la musique qu'il aime, où se côtoient trip hop, cold wave ou post-rock.

"Armorican Psycho", son premier roman sorti en 2019, introduit le personnage de Yoran Rosko, photographe solitaire percevant le monde qui l'entoure en nuances de noir et de blanc.

Il a été récompensé du Prix du Suspense Psychologique en 2019 et du Prix du Goéland Masqué en 2020.

En 2021 sort "Exil Pour L'Enfer", qui plonge à nouveau le lecteur dans l'univers monochrome de Yoran Rosko.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles les plus consultés