mercredi 6 janvier 2021

Victor Guilbert : " Douve "


 Editions 298 pages


4 ème de couverture


Le gamin a Douve dans les veines."


Cette phrase, prononcée par son père quand il n'était encore qu'un enfant, l'inspecteur Hugo Boloren ne l'a jamais oubliée. Alors quand il apprend qu'un meurtre a eu lieu à Douve, il y voit un signe. Son père est mort, l'Alzheimer a dilué les souvenirs de sa mère ; c'est sa dernière chance de comprendre en quoi ce village perdu au milieu d'une forêt de sapins lui coule dans les veines.

Tout ce qu'il sait, c'est que son père, policier lui aussi, a été envoyé à Douve il y a quarante ans pour enquêter sur la fuite médiatisée d'un Islandais accusé de meurtre, et que sa mère, journaliste, l'a accompagné pour écrire un livre sur l'affaire.

Que s'est-il passé là-bas et pourquoi ont-ils toujours refusé d'en parler ?

Armé du livre écrit par sa mère, Hugo Boloren va plonger dans ce village peuplé d'habitants étranges, tous unis par un mystère qui semble les hanter. Au fil de son enquête, une question va bientôt s'imposer : et si le meurtre qui a récemment secoué le village était lié au séjour de ses parents, quarante ans plus tôt ?


Mon avis



Quand on vous dit boite de chocolat, vous pensez peut-être à Forrest Gump, avec « Douve » de Victor Guilbert, vous penserez maintenant à Hugo Boloren ! C'est inexplicable, il faut le suivre pour le croire.

Dans ce roman, le vert domine, on le remarque tout de suite en regardant la couverture. Douve, un village niché au milieu d'une dense végétation qui sent le pin mais aussi le sapin pour les individus qui ont le malheur d'y faire un tour. L'ambiance est dès le début bien soulignée. L'auteur s'amuse beaucoup avec le nom de cette bourgade qui est pratiquement un personnage tout au long du récit.
« Un hameau terne et marécageux planté au bout d'une route de campagne. Peut-être le seul village non montagneux dont la traversée ne mène nulle part. Douve est une impasse, le dernier village avant le néant. »
Hugo Boloren est un flic qui tient plus de Columbo que de l'inspecteur Harry. Il est apprécié de ses collègues, sérieux mais il doit attendre LE déclic pour comprendre et résoudre une affaire. J'ai adoré ce personnage qui rapidement m'a semblé très attachant. J'aimerais d'ailleurs que son auteur en fasse un héros récurrent.
« Cette écriture que j'ai reconnue, où est-ce que je l'ai déjà vue ? Embrumés par Douve et les vapeurs d'alcool matinales, mes neurones pataugent. »
Je ne peux pas en dire trop sur l'histoire tellement elle est étonnante et inimaginable. La fin est à cet égard particulièrement réussie. Victor Guilbert prend son temps pour mettre en place l'intrigue, rien n'est laissé au hasard. Et pourtant on ne s'ennuie pas une seconde, tout est magistralement orchestré.

Les protagonistes sont impeccablement ciselés, même les moins importants ! Quoique, personne n'est réellement négligeable dans ce village au relent d'humidité.

J'ai beaucoup apprécié le style de cet auteur qui offre un roman avec du fond et de la forme ! Ses traits d'esprits sont nombreux, son ironie tape fort, un régal de lecture ! Les dialogues sont tout en finesse mais redoutables.
« Je termine ma bière d'un trait et il abandonne sa limonade à peine entamée. C'est étrange que le corps soit capable d'ingérer de grandes quantités d'alcool et de tabac mais pas de limonade et de chocolat. »
On l'aura compris, j'ai été enchantée par « Douve » ! j'ai quitté à regret ce flic désenchanté et perspicace. Victor Guilbert est, avec ce premier opus, entré directement dans la cour des grands ! Attention pépite pour ce début d'année littéraire !

L'auteur



Victor Guilbert est concepteur-rédacteur et auteur.

C’est grâce au théâtre qu'il fait ses premiers pas dans le monde de l’écriture en proposant des pièces qui seront jouées entre Paris, la Normandie et même jusqu’à Shanghai.

Il se lance par la suite dans la rédaction de textes de chansons, sketchs, nouvelles, dont certaines primées, et rédige des articles pour divers blogs.

En 2017 sort son premier roman, "L’histoire fabuleuse du Français insouciant devenu Chinois insurgé", aux éditions Hikari.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles les plus consultés