lundi 18 janvier 2021

Marc Sandhomme : " Le 7ème jour "

 


Editions Eaux Troubles

281 pages


4 ème de couverture


Victor pourrait être un homme ordinaire, un de ceux qu'on croise tous les jours dans la rue, s'il n'avait ce visage défiguré. Rejeté par ses pairs et surtout par les femmes : mis au ban de la société, il va lentement basculer dans une forme de démence. Un univers où les désirs ne tiennent plus compte des réalités. Pourtant, il se défend d'être un psychopathe, un détraqué sexuel ou un schizophrène.
Il veut simplement pouvoir parler aux femmes et partager quelques moments avec elles. C'est dans ses mains que Capucine va tomber et voir sa vie basculer un soir de février. Le jour où elle fera le pas de trop dans le salon de Victor. Elle n'aura alors que trois options pour se sortir de cette fâcheuse situation : parvenir à s'enfuir par la force, le séduire et l'amadouer pour mieux le prendre par surprise, ou faire ce qu'il lui demande.
Mais que lui demande-t-il ?



Mon avis



" Le 7 ème jour " est un huis clos sacrément bien amené et efficace. Le lecteur va suivre principalement deux personnages Capucine, la victime, et Victor, le kidnappeur. Ce dernier a été défiguré suite à une morsure de son chien durant sa jeunesse. Handicapé physiquement, Victor n'arrive pas à se lier d'amitié avec une femme. Alors il décide de mettre en place un piège afin de prendre dans ses filets une femme qu'il a repérée sur les réseaux sociaux. La victime se prénomme Capucine. Ainsi commence cette histoire bien machiavélique.
" Las de ne pouvoir approcher les femmes, il avait décidé de les amener de force vers lui. En dépit de son self-control, il ne pouvait s'empêcher de les désirer, mais ne voulait pas en abuser sexuellement; Pourtant, ce n'était pas l'envie qui lui manquait. " 
Chaque chapitre annonce le décompte de la vie de Capucine. Il faudra 7 jours pour que Victor décide du sort de Capucine. Les deux personnages vont se connaître, se parler sans animosité. D'ailleurs ils ont un  point commun qu'est la littérature. En effet Victor est prévenant envers Capucine, il prend bien soin de sa victime mais pourquoi attendre 7 jours ?

Au delà de cette histoire, l'auteur aborde les thèmes du syndrome de Stockholm et du syndrome de Lima.

C'est un thriller psychologique qui se lit aisément où l'intrigue est addictive car le lecteur ne sait pas réellement ce qui va se passer pour Capucine.

Le suspense se maintient tout au long du récit si bien que je ne me suis pas du tout ennuyée. Les protagonistes qu'on les aime ou pas sont merveilleusement dépeints.

C'est l'histoire d'un amour interdit aux apparences dangereuses et qui conduit le lecteur vers la spirale du mal être.

Un titre à découvrir sans hésitation !




L'auteur


Installé dans le sud de la France, non loin de Bordeaux, Marc Sandhomme de son nom de plume, passionné de sciences comportementales, a longuement étudié les ressorts de la psychologie humaine.

Après avoir écrit et publié des essais et des guides en psychologie et bien-être, il s'est orienté vers le roman (thriller/polar) en rentrant dans la peau de personnage tourmentés, capables du pire. Son crédo : fouiller dans la psyché des personnes déviantes ou en souffrance ; pénétrer aussi l'esprit de gens ordinaires et traduire leurs espoirs et leurs afflictions.

Ayant quitté dernièrement son activité professionnelle de galeriste, il s'adonne maintenant à temps plein à celle d'auteur. Son besoin impérieux d'écrire pourrait se résumer à une phrase de l'écrivain et théoricien Jean Ricardou, disant en substance : « le récit n'est plus l'écriture d'une aventure, mais l'aventure d'une écriture ».

Il publie son premier polar "Amnésie" en 2012, sous le nom Marc Aurielis.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles les plus consultés