mercredi 26 mai 2021

Noël Boudou : " Et pour le pire "

 

Taurnada Editions

256 pages


4 ème de couverture


Bénédicte et Vincent auraient pu vieillir paisiblement ensemble. Malheureusement, le destin en a décidé autrement, il y a vingt ans…
Vingt ans. Vingt ans à attendre… à attendre que les assassins de sa femme sortent de prison.
Depuis vingt ans, Vincent Dolt n'a qu'une seule idée en tête : venger sa douce Bénédicte…
Depuis vingt ans, seule la haine le maintient en vie.
Mais une vengeance n'est jamais simple, surtout à 86 ans.
Il a vécu le meilleur, il se prépare au pire…



Mon avis



Noël Boudou offre avec « Et pour le pire » un roman très original à plusieurs niveaux. Il est difficile de définir cette histoire mettant en scène Vincent, un vieil homme qui a perdu sa femme vingt ans auparavant. Il a durant tout ce temps ruminé sa vengeance et sa haine envers le coupable qui va sortir de prison ! C'est alors que commence véritablement « Et pour le pire ».
" Vingt ans de rage qui marine, ça fait mal, c’est comme la gnôle. "
On pourrait sous-titrer ce thriller « Tonton fait de la résistance à l'oubli ». En effet ne cessent de tourner dans sa tête les conditions horribles dans lesquelles sa femme est morte. Le style de Noël Boudou fait mal pour justement faire comprendre pourquoi le pardon est impossible. Sa plume est épicée, alcoolisée et chamboule tout sur son passage.
" L’alcool a ce dangereux pouvoir de faire fuir les démons, les mauvais souvenirs, les douleurs et les insomnies. Je deviens peut-être alcoolique, mais je m’en fous. A mon âge, devenir dépendant n’est pas vraiment grave. Je serai mort bien avant que cette dépendance ne devienne dangereuse. "

vendredi 21 mai 2021

Elly Griffiths : " Mortelle dédicace "

 


Editions Hugo Thriller

411 pages


4 ème de couverture



La mort de Peggy Smith, âgée de quatre-vingt-dix ans, n’a rien, a priori, de suspect... C’est ce que tout le monde pense jusqu’au moment où Natalka, son aide de vie, découvre que la vieille dame se sentait suivie...
Au moment de ranger les affaires et les nombreux romans policiers de la défunte en vue de la vente de son appartement, Natalka découvre une curieuse carte de visite sur laquelle il est écrit : Peggy Smith, consultante en meurtres. Elle remarque aussi que de nombreux livres lui sont dédicacés : « À PS : merci pour les meurtres ». La nonagénaire avait donc pour habitude d’aider les auteurs de romans policiers en panne d’inspiration...
Natalka, prête à tout pour découvrir ce qui est arrivé à Peggy Smith, embarque avec elle dans sa quête de la vérité les amis de Peggy Smith : Benedict (qui a renoncé à devenir prêtre pour finalement tenir un café) et Edwin (ancien journaliste de quatre-vingt ans). Lorsqu’elle se fait menacer par une personne masquée et armée venue récupérer un mystérieux ouvrage, elle prévient la lieutenant Harbinder Kaur afin qu’elle mène l’enquête. Cette mort est finalement très suspecte...


Mon avis



« Mortelle dédicace » d'Elly Griffiths a été un grand plaisir de lecture. Mais attention, il ne faut pas s’attendre à des grandes scènes d'action ou à du gore. Au contraire l'auteure prend son temps pour raconter une histoire très complexe. Je suis ravie de voir en ce moment le retour de ce genre de polar dans lequel une part importante est consacrée aux atmosphères et aux références littéraires. Elly Griffiths glisse agréablement des réflexions sur les règles du roman policier classique.
« Mais pour la plupart des auteurs, ça signifie sûrement avoir un ordinateur dans sa chambre, pas une villa de cinq chambres au bord de la mer (coût approximatif : 3,4 millions de livres). Elle n’imaginait pas qu’écrire puisse rendre aussi riche. »
Les dialogues sont savoureux même si parfois quelques pages sont un peu trop bavardes. Pourtant l'auteure parvient à rebondir très rapidement sur l'intrigue et ça ne m'a pas déstabilisée. La trame de ce roman est assez originale malgré une façon classique de faire mener l'intrigue par ses personnages. Les descriptions sont d'une élégance admirable sans être mièvres. De nombreux points d'humour se mêlent à des passages poétiques avec habilité.

dimanche 16 mai 2021

Yannick Dubart : " La fille qui se faisait des films "

 


Editions LBS noir

272 pages


4 ème de couverture


Suite à une attaque cérébrale, Emma partage sa chambre d'hôpital avec Marie-Ange, une vieille femme qui lui fait le récit d'histoires étonnantes, dont la mort mystérieuse d'une belle opportuniste dans les années 50.

Affaire qui n'a jamais été résolue. D'abord hésitante, Emma se prend au jeu et va aller de découverte en découverte.


Mon avis


Emma se retrouve à l’hôpital suite à un AVC ; une maladie qu’on ne voit pas forcément mais provoque par la suite des séquelles physiques et cérébrales. Elle partage sa chambre avec une vieille dame prénommée Marie-Ange. Sa seule préoccupation est de regarder Derrick ou Navarro. Un jour elle confie un secret à Emma.

" Vous savez jeune fille, je sais qui a commis le meurtre… "
A partir de là, Emma commence à douter de la santé mentale de Marie-Ange, d'autant plus que ce secret est assez ancien.
Marie-Ange a-t-elle inventé cette histoire?
Pour ce faire Emma va mener l'enquête malgré sa fragilité due à son AVC.
Mais au vue de sa santé, il se pourrait bien qu'elle invente elle-même cette histoire de toute pièce.
N'a-t-elle pas perdu le sens de la réalité, sa mémoire ne fait-elle pas défaut?
" Certains mettent des années avant de retrouver une vie normale et toi ça fait à peine 6 mois que tu es revenue de l’hôpital. Ton cerveau a souffert. C'est normal que tu imagines des choses. "
" La fille qui se faisait des films" est comme une bobine de film que l'on déroule au fil du récit.
D'ailleurs les titres de chaque chapitre font référence à quelques films.
Yannick Dubart distille son intérêt cinématographique à travers le personnage d'Emma.
" Pourtant ce n'est pas un Joker hilarant ni un Hannibal Lecter affamé qui se penche sur elle. La tête du type au-dessus d'elle n'a rien de cinématographique: juste clinique, blanc. "

vendredi 14 mai 2021

Stephen King : " Les Langoliers "

 


Editions Albin Michel Wiz

512 pages



4 ème de couverture



« Les Langoliers arrivaient. Pour les paresseux, les incapables, exactement comme son père l’avait prédit. »

À bord d’un vol vers Boston, dix personnes se réveillent, seules dans l’avion. Le reste des passagers s’est volatilisé. L’avion se tient sur un tarmac désert du Maine.

Attentat, complot, faille temporelle ? Chacun a une théorie, mais c’est sans doute Dinah, une petite fille aveugle, qui en sait le plus long.


Et c’est elle qui, la première, entendra ce bruit sourd, qui se rapproche…


Mon avis



" Les Langoliers " est un roman court déjà paru dans un recueil de nouvelles intitulé Minuit 2. Les passagers du vol 29 prennent l'avion à destination de Boston mais tout ne se passe pas comme prévu. Après s'être réveillés, des personnes remarquent l'absence de plusieurs passagers. D'ailleurs chose étrange, ils ont laissé derrière eux quelques effets personnels tels que montres, bijoux voire des atèles en fer.

Dix personnes restent seulement après être sortis de leur profond sommeil. Ils s'interrogent à leur tour sur la disparation des passagers et sur la destination finale du vol. Est-ce un vol qui n'aurait pas dû avoir lieu ? D'autant plus que l'avion n'est pas perçu par les contrôles de radars.

" Les Langoliers " est une nouvelle où le fantastique prédomine. Je me suis laissée prendre au jeu avec cette étrange histoire des Langoliers, des créatures peu ordinaires.
« Il faut que nous partions d’ici. Vite. Parce qu’il y a quelque chose qui vient. Une chose mauvaise, qui fait un bruit de crépitement. »
Entre le réel et le fantastique, Stephen King aborde le thème de l' Espace Temps et de quatrième dimension.

Certes le début du roman est long à démarrer mais l'ambiance m'a littéralement envoutée. Je n'ai pas décroché un seul instant. J'ai pratiquement lu " Les Langoliers" en une journée. 

Michael Fenris : " Diamants sur macchabées "

 


Editions Eaux Troubles

306 pages


4 ème de couverture



Ancien policier devenu détective privé, Jefferson Fergusson tente de survivre en acceptant la plupart des enquêtes qui lui sont confiées. C'est ainsi qu'il fait la connaissance de Véra Llerellyn, dont le frère David a disparu. Alors qu'il est persuadé que le jeune homme est mort et enterré quelque part en ville, Fergusson réalise assez vite qu'il n'est pas seul à s'intéresser à cette disparition soudaine. En particulier son ancien collègue, Bridges, brutal et retors, devenu chef de la police, mais également Tony Di Marzo, un gros patron de la pègre locale. Et si l'affaire était liée à un important vol de bijoux survenu quelques années plus tôt ? Au fur et à mesure qu'il progresse, avec la désagréable impression qu'on cherche à le doubler, Jeff Fergusson soulève certains secrets qui n'ont pas envie d'être révélés, et réveille de vieilles rancœurs. Rien n'est jamais bon lorsqu'on hante les rues de « La Ville ». Surtout lorsqu'on est un ancien flic...




Mon avis



Je vous dis d'entrée de jeu, ce polar est une réussite ! " Diamants sur macchabées" c'est avant tout une histoire aux allures de la série Nestor Burma. Le style des années 50 se fait sentir au fil des pages. Le lecteur va suivre le détective privé Jefferson Fergusson, ancien flic. C'est lors de la visite de la belle Véra Llerellyn que tout va commencer pour notre détective. Il doit enquêter sur la disparition de son frère David, un malfrat en tout genre.
" - Il a disparu.
Je ricane : - Disparaître ici, mademoiselle, c’est plus qu’une évidence !
On disparaît dès qu’on naît dans cette saleté de ville, l’existence même n’est qu’une survie!
- Pas mon frère ! réfute-t-elle. "
Mais il s'agit bien plus d'une disparition. Cette affaire est semée d'embûches. Michael Fenris plante un décor des années 50 dans une Ville dépourvue d'identité. Certains endroits craignent avec ses bars et boites de jazz peu fréquentables. Au volant de sa Pontiac, Jeff est sur la trace de David. Il s'est attaché d'ailleurs d'une junkie, April, qu'il a rencontrée dans l'immeuble de David.

samedi 1 mai 2021

Sébastien Didier : " Ce qu'il nous reste de Julie "

 


Editions Hugo Thriller

427 pages


4 ème de couverture


Vingt ans.

Cela fait vingt ans que Sébastien a quitté Sainte-Geneviève, sa petite ville natale du sud de la France. Trop de démons l'y tourmentaient. Aujourd'hui, comble de l'ironie pour un écrivain, c'est un livre qui le renvoie à ce passé qu'il s'est toujours efforcé d'oublier.
Le Temps d'un été.
Tout dans ce roman, qui s'annonce comme le succès littéraire de l'année, lui fait penser à Julie. Des références troublantes, des anecdotes qu'elle seule connaissait... À tel point qu'il en est persuadé : c'est elle qui l'a écrit.
Julie, son amour d'adolescent.
Celle qui a tant compté.
Mais qui est morte il y a vingt ans, assassinée par un tueur en série.


Mon avis



Sébastien Didier commence « Ce qu'il nous reste de Julie » de façon assez classique. On plonge dans la vie d’un auteur, Sébastien, pour qui tout semble aller bien. Il a l’occasion de lire un livre qui lui rappelle son amour de jeunesse. L’auteur paraît en effet bien connaître la vie de Julie, cette jeune fille disparue une vingtaine d’année auparavant. Le mystère s’insinue dans la vie de Sébastien et de ses amis d’enfance.
« Et en effet, j’avais manqué « La nouvelle révélation britannique », comme l’annonçait fièrement le bandeau rouge en précisant le nombre pharaonique de ventes déjà réalisées. Je devais bien reconnaître que je n’avais entendu parler ni du roman, ni de son auteur, L.J. Dexley. »
L’auteur emploie un langage assez soutenu et sait par ailleurs mettre de la vie dans ses nombreux dialogues. Ceux-ci sont dynamiques et la langue y est judicieusement adaptée aux différents personnages. Les mots font mouche tout en sobriété. Des références à certains thrillers rendent hommage aux grands de la littérature dans ce domaine.

Articles les plus consultés