mardi 23 juillet 2019

Sébastien Didier: " Interview"






J'ai le plaisir de partager avec vous, lecteurs, une interview pour mieux connaitre l'auteur Sébastien Ddier.
Après avoir lu "Je ne t'oublie pas", j'ai voulu en savoir un peu plus sur cet auteur.

  1. Comment vous définiriez-vous? 
Je suis enthousiaste, créatif et impatient.


  1. Comment vous est venue l’idée d’écrire?
J’ai toujours beaucoup lu et ce depuis tout petit. Je suis fils d’un professeur de français, ça doit sûrement jouer.
J’ai toujours été attiré par les dissertations ou les matières comme la philosophie même si j’ai passé un bac scientifique et me suis dirigé ensuite en école de commerce. J’ai réellement commencé à écrire à partir de 25 ans, des débuts d’histoires, des notes, sans jamais aller au bout d’un texte. C’est en découvrant les concours sur la plateforme Fyctia en 2016 que je me suis vraiment lancé et que j’ai commencé à entreprendre l’écriture d’un roman complet.

  1. Quels sont vos auteurs préférés ?
J’ai commencé en lisant Agatha Christie qui a été pour moi une révélation tant je trouvais ses énigmes exceptionnelles et construites à la perfection. Je suis un très grand fan de Stephen King qui est le seul auteur dont la plume parvient à me transporter à chaque fois grâce à la connivence qu’il instaure avec le lecteur. Je citerais ensuite Harlan Coben, Lisa Gardner, Dan Brown, Bret Easton Ellis ou Franck Thilliez. Il y a évidemment Linwood Barclay qui est à mon sens l’un des plus doués en terme d’intrigues qui se veulent complexes et machiavéliques tout en restant réalistes ce qui, pour moi, est primordial. Enfin, en tant que passionné de la période de la seconde guerre mondiale, comment ne pas citer Philip Kerr qui est juste extraordinaire, hors norme.

  1. Quel est votre film préféré?
Je suis un grand passionné de cinéma. En citer un seul c’est beaucoup trop compliqué.
Dans mes films préférés, il y a forcément un de ceux qui ont marqué mon adolescence (Highlander, Die Hard, Terminator 2), un Brian de Palma (Les incorruptibles), un Michael Mann (Heat évidemment), un Clint Eastwood (Impitoyable), un Hitchcock (Vertigo ou La main au collet) et un Belmondo (L’héritier).

  1. « Je ne t'oublie pas », est un roman bien rythmé, avec un suspense hors norme. Comment avez-vous construit cette histoire?
Merci pour le suspense hors norme J’ai construit l’histoire en ayant la vision de la première scène, celle du prologue. Je voyais une femme avec une arme qui disparaissait dans la nuit et à partir de là j’ai creusé l’intrigue. J’avais plus ou moins la fin en tête dès le début (surtout dès que j’ai commencé à travailler sur l’idée du médaillon) mais le corps du roman a changé plusieurs fois.

Concernant le suspense c’est en fait assez simple. A chaque chapitre j’essaye de laisser au lecteur une réponse mais aussi une question. Si le chapitre n’amène rien ou fait stagner l’intrigue je l’enlève. C’est ce qui donne ce sentiment de toujours avancer dans l’histoire. Et bien sûr on accélère sur la fin.

  1. Pour un premier roman, les retours sont enthousiastes avez-vous une appréhension d'écrire votre prochaine histoire? 
Il y a toujours une appréhension. Personne n’aime faire moins bien que ce qu’il a déjà fait. Mais pour écrire un livre on évite de tomber dans ce raisonnement, c’est le meilleur moyen de ne rien faire de bon. Déjà il faut trouver une thématique, une idée que l’on aime et sur laquelle on se sente capable de réfléchir et d’écrire plusieurs mois. Il y a un peu le cap du tiers de roman à passer, quand on commence à vraiment bien sentir son histoire et ses personnages et que tout se met en place dans notre tête.

  1. Quel est le moment le plus propice pour écrire? 

J’écris essentiellement le soir quand tout est calme.

  1. Quelles sont vos passions en dehors de l’écriture? 
Il y a le cinéma, les nouvelles technologies, le sport (tennis), la musique… 

  1. Préparez-vous déjà votre prochain roman et sera-t-il-édité dans la même maison d'édition? 
Oui je suis actuellement sur deux projets. Le premier est un texte que j’avais écrit pour le concours VSD Michel Bussi 2018, Les Yeux Bleus, et qui est arrivé en finale. Je l’ai entièrement repris et retravaillé. Beaucoup de choses ne me convenaient pas car ce texte avait été écrit en 4 mois mais j’aime cette histoire, ces personnages et surtout le dénouement de l’intrigue. Et j’ai aussi commencé un autre texte.
Je serais ravi de continuer chez Hugo Thriller bien évidemment. J’ai beaucoup apprécié le travail effectué sur « Je ne t’oublie pas » avec l’équipe éditoriale. J’aime aussi leur côté un peu start-up qui casse les codes. 

  1. Libre à vous de conclure cette interview.
Merci pour cette interview et pour votre retour de lecture. A très bientôt.

Encore merci de votre partage.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles les plus consultés