mardi 20 avril 2021

Nils Barrellon : " Vol AF 747 pour Tokyo "

 


Editions Jigal polar

240 pages


4 ème de couverture


Ce n’est pas de gaîté de cœur que Pierre Choulot est dans cet avion en direction de Tokyo : le billet lui a été offert par ses collègues à l’occasion de son départ à la retraite. Lui qui adorait son boulot de commandant à la Brigade financière de la PJ parisienne, n’a accepté ce voyage que pour faire plaisir à son épouse, d’origine japonaise. Mais en plein vol, quand on retrouve le cadavre du pilote, seul, dans le cockpit verrouillé, le commandant Choulot va vite reprendre du service. Très rapidement, il découvre qu’aucune autre issue ne permet d’accéder au poste de pilotage ! Suicide ou assassinat ? L’enquête commence et chacun des cinq cents passagers, chacun des vingt membres d’équipage devient un suspect potentiel. Comment élucider ce qui ressemble – dixit son épouse, grande amatrice de roman policier – à un meurtre en chambre close ? Peut-être en prenant la raison et l’avion par le bon bout...




Mon avis




« Vol AF 747 pour Tokyo » de Nils Barrellon est un polar délicieusement retro. Pierre Choulot, commandant à peine à la retraite doit faire face à une énigme en plein ciel !

Les personnages sont très bien dessinés. D'abord, Pierre Choulot est haut en couleurs et possède un talent d'enquêteur à l'ancienne. Il est coriace sous ses allures de monsieur-tout-le-monde, il n'est pas du genre John Mclane mais plutôt du style Hercule Poirot. Il réussit à maîtriser le temps du vol pour résoudre l'affaire.
« Tout devait rester mobile, déplaçable, au grès des indices, des impressions récoltées, des témoignages. Tout devait pouvoir glisser, disparaître même. Une enquête se devait d'être prise par le bon bout de la raison. Il ne fallait pas forcer les faits à rentrer dans un cadre préconçu, il fallait trouver la version où les faits se disposaient d'eux-mêmes, harmonieusement. »
Son épouse d'ailleurs est une fan des auteurs de grands classiques de la littérature policière et notamment d'Agatha Christie. Justement, elle parle à son mari de sa dernière lecture qui s’avère être un roman « à meurtre en chambre close ». Et à partir de là, on assiste à une apothéose de références et d'hommages au genre policier. C'est réjouissant et amusant.

L'écriture est élégante et des astuces permettent aux lecteurs de comprendre l’intrigue sans se perdre dans cet immense avion. Un plan de l'avant d'un Airbus A380 et des indications sur le vol en début de chapitre sont des repères discrets et efficaces. Ainsi Nils Barellon nous tient en haleine minutieusement ! J'avais l'impression d'être assise parmi les passagers du vol AF 747. Le tout est saupoudré d'un humour fin qui ajoute encore de l’intérêt pour ce thriller à l'ancienne.
« Un mort était un mort, c'est-à-dire un tas de cellules destiné à nourrir vers et larves de mouches. « Tu es poussière et tu redeviendras poussière... Ainsi parlait Dyson, l'inventeur danois des aspirateurs sans sac !»...»

Et si quelques coïncidences trop bienvenues surviennent dans le dénouement, cela ne gâche en rien le plaisir de lecture. Même la grande Agatha a usé de ces ficelles et Nils sait très bien les tirer à son avantage. Bravo !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles les plus consultés