mercredi 16 décembre 2015

Maria Ernestam: " Le peigne de cléopâtre"

Editions  Babel
352 pages


4 ème de couverture



Mari, Anna et Fredrik, trois amis de longue date, ont monté une société au doux nom du Peigne de Cléopâtre. Leur créneau: résoudre les problèmes des gens. Chacun se débat dans sa vie mais apporte ses compétences, qui en jardinage, qui en déco d’intérieur ou en comptabilité… et la PME se développe avec succès. Jusqu’au jour où une vieille dame se présente à l’agence avec une étrange requête: elle souhaite que Le peigne de Cléopâtre élimine son mari.


Mon avis



" Le peigne de cléopâtre" est un thriller sur fond humoristique. Je me  suis attachée à ces trois personnes.
Mari, comptable, vient d'être licenciée par son directeur et lui laisse un petit souvenir en plantant une paire de ciseaux dans sa main.
Elle décide de créer une petite société avec ses amis proches qu'elle a connus lors d'un voyage en Italie: Anna et Fredrik.
L'idée de monter une entreprise est assez sympa d'autant plus que l'objectif est de régler au mieux les problèmes des gens. Ainsi est né   " Le peigne de cléopâtre".

Ce trio va trouver un vif succès grâce à leur entreprise et les missions  et services qui sont variés: on passe d'un décor d'appartement, réparation d'objets jusqu'à tuer le mari d'une cliente. Mais les idées du trio sont parfois incomprises et dès  qu'il s'agit d' éthiques, de prise de conscience et de morale, les esprits de chacun s' échauffent et cela génère des tensions entre eux.

Jamais ce trio n'a pensé que cette entreprise allait fonctionner à merveille et faire apparaître certaines blessures  et failles....



" Quand vous tailladez un cerveau à coups de mots, vous êtes considéré comme innocent, alors que si vous utilisez la lame d'un couteau, vous êtes coupable."

J'ai trouvé l'histoire très originale et bien conçue du début à la fin.
L'auteure, Maria Ernestam, mène le lecteur vers des fausses pistes et sait surprendre en permanence avec finesse.

J'ai suivi avec intérêt les personnages qui sont très bien décrits. Les réactions de ce trio sont mises en avant dans ce récit; on ressent la faiblesse, la fragilité pourtant ils ont tous connu un passé troublant.
Différents thèmes sont abordés dans " Le peigne de cléopâtre" tels que la famille, les relations  entre parents et enfants et la tyrannie.

Ce trio pensait tout savoir sur la vie de chacun mais va découvrir qu'il existe des blessures.

Ce roman est assez original et j'ai aimé l'ambiance qui s' en dégage. Cette histoire se lit facilement et je l'ai savourée jusqu'au bout.

J'ai adoré le style de l'auteure  assez déjanté et décalé.

Je pense également lire par la suite " Les oreilles de Buster" qui j'espère sera dans la même tonalité.

L'auteure



Maria Ernestam est née le 28 novembre 1959. Elle a grandi à Uppsala a étudié les mathématiques et la littérature anglaise, avant de devenir journaliste. Elle a séjourné aux États Unis où elle a obtenu un diplôme en Sciences politiques et en Allemagne où elle a été durant onze ans correspondante pour Veckans affärer et Dagens medicin. Elle a débuté en littérature en 2005. Outre quelques collaborations à des recueils, elle a publié, à ce jour, cinq romans.

2005 – Caipirinha med Döden (roman)
2006 – Busters öron (roman) - Les oreilles de Buster
2007 – Kleopatras kam (roman)
2008 – Alltid hos dig (roman) - Toujours avec toi
2010 – På andra sidan solen (roman)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles les plus consultés