jeudi 15 février 2018

Gilles Vidal: " Ciel de traîne"




Editions Zinedi
232 pages


4 ème de couverture



Un cadavre est retrouvé en lisière de forêt, un os d’oiseau dans une main. La victime a visiblement été torturée pendant plusieurs jours avant d’être égorgée. Mais qui est-elle ? aucune disparition n’a été signalée récemment.
Une jeune femme disparaît du jour au lendemain laissant son compagnon désespéré. Est-elle prisonnière de cet homme qui prétend la détenir et le harcèle au téléphone ?
Un scénariste revient dans la maison de son enfance dont il a hérité. Ce n’est pas sans réticence qu’il entreprend ce retour aux sources. Que vient-il y chercher ?
Quel est le lien, et y en a-t-il un, entre ces personnages ? Le lieutenant Kamensky saura-t-il assembler les pièces du puzzle ?



Mon avis



Soyez les bienvenus dans l'univers de Gilles Vidal avec "Ciel de traîne". Pour ma part, je m'y sens très bien. Je retrouve avec délectation son goût pour les histoires dans lesquelles des personnalités diverses se croisent et s'éloignent par la magie d'une plume de grande qualité. Des êtres si bien dépeints dans leur mal-être; une jeune femme qui disparaît, un scénariste qui revient sur les traces de son passé et une victime égorgée... 

" Quand Antoine Rouvier émergea à onze heures et quart le lendemain de son expédition tardive, il eut l'impression de se trouver dans un cocon ouaté, presque aveugle et sourd - sa mâchoire était lourde et son cerveau spongieux, ses pensées étaient comme les semelles de vieilles godasses pataugeant dans de la boue." 

En quelques phrases percutantes, les protagonistes me sont apparus de façon précises. Parfois drôles, parfois pathétiques, ils sont dessinés avec des sobriquets hilarants ou des adjectifs très efficaces. 

" Il faut dire que Bob avait effectivement une sale gueule et, malgré son aspect chétif, dormaient sous sa peau blanche, presque cireuse, des nerfs et des muscles en fusion latente qui ne demandaient qu'à se réveiller. Il grimpait vite à l'échelle de l'acrimonie." 

Au travers d'anecdotes qui ajoutent de la densité à l'histoire, Gilles Vidal trouve les mots pour décrire la déchéance. J'ai été touchée par les personnages à la vie difficile et par le long cheminement vers le fond, vers l'abîme. Le tout est écrit avec un style élégant et canaille à la fois. On est parfois proche des dialogues d'Audiard. 

Des indices sont distillés avec parcimonie afin de plonger le lecteur dans le doute. Ma curiosité a été titillée à plusieurs reprises. Le rythme est encore plus soutenu que dans les précédents ouvrages de l'auteur. C'est totalement réussi grâce à une intrigue percutante et originale. 

Chez Gilles Vidal, c'est la vie qui défile et chacun peut se retrouver dans les personnages. Ces êtres à la dérive montrent à quel point le passé peut être assassin. Le hasard existe-t-il ? L'auteur parvient à répondre à cette question; à vous de rechercher vos propres réponses dans ce roman que je vous conseille!


L'auteur




Gilles Vidal est l’auteur d’une quarantaine de livres : romans, récits, recueils de nouvelles et essais. Il est né à Kankan en Guinée et a passé toute son enfance à Toulouse. Après avoir été régisseur de spectacle, il ouvre une librairie à Paris (La Grande Fenêtre), puis crée dans les années 90 les éditions L’Incertain, publiant entre autres Richard Brautigan, Raymond Carver, John Fante ou encore Jim Harrison. Il anime ensuite diverses collections, notamment « Nuit grave » chez Fleuve Noir. Il publie son premier roman à 24 ans, aux Éditions Galilée. Dans le domaine policier, il est l’auteur des Deniers du colt chez Baleine, de Nul si découvert au Castor Astral, de Cash Back à la Bartavelle noire, de Sombres héros à l’Atelier noir, des Portes de l’ombre aux Éditions Coups de tête, de Mémoire morte et du Sang des morts aux Éditions Asgard (ce dernier repris en poche chez Hélios noir), des Sentiers de la nuit aux Éditions du Jasmin, de De sac et de corde aux Presses Littéraires. Il vit en région parisienne et travaille dans l’édition. Notice bibliographique dans le tome II du Dictionnaire des Littératures policières, de Claude Mesplède paru aux Éditions Joseph K.

Il signe un premier roman chez Zinedi avec Ciel de traîne.


http://gilles-vidal.pagesperso-orange.fr/Site_de_Gilles_Vidal/Accueil.html
http://chroniques-noires-gilles-vidal.over-blog.com
https://www.facebook.com/gagrd
https://twitter.com/vidal_gilles



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles les plus consultés