dimanche 21 décembre 2014

Philippe Declerck : " Le manchot à peau noire "





4 ème couverture



Voici que l’Embaumeur se prend pour un barbouze au moment de régler ses comptes. Il y a des professionnels de la magouille géopolitique qui ont du mouron à se faire, car quand on lui rend ses amours éphémères, notre croque-mort devient hargneux et a méchamment envie de broyer du noir.


Mon avis


J'ai acheté ce livre lors du salon des Halliennales, d'ailleurs j'ai rencontré Sébastien Mousse qui est l'éditeur de l'atelier Mosésu au stand.


La série l'embaumeur offre un nouveau format à ces livres ce qui donne à la lecture un certain confort, plus aéré et la couverture m'a interpellée.
Dans ce huitième opus, Luc Mandoline semble non seulement être plus agressif mais peut se montrer sentimental.Il connait des problèmes d'argent et s'investit tant bien que mal dans une affaire où des corps sont mutilés et torturés et tout porte à croire qu'il s'agit d'un meurtrier en série.Les cadavres sont originaires de l' Afrique de l' Est mais représentent ils un rituel, une vengeance?

" La victime de Vincennes était noire, a subi d'innombrables tortures et a également été mutilé."

Le thanatopracteur met ses tripes en action et essaie de découvrir l'identité du meurtrier. Mais dans " le Manchot à peau noire ", Luc nous dévoile aussi son côté fleur bleue, se lie d'amitié avec une femme qu'il a rencontré et se préoccupe de la vie privée de sa meilleure amie Elisa.Ce n'est pas qu'un guerrier mais une personne qui a un coeur et des sentiments à donner et veut protéger ses proches.

L'auteur, Philippe Declerck, nous entraine vers une enquête ou le meilleur ami de Luc, Max, l'aide et Elisa se donne également à fond dans cette affaire qui vont les conduire sur le chemin de l' Afrique.

L'écriture est limpide et chaque chapitre est fait de rebondissements,il n'y a pas mal de dialogues entre les personnes ce qui permet de passer un excellent moment de lecture.J'avoue que j'en ai fait qu'une bouchée de ce livre environ 200 pages mais pas assez long à mon goût.

Cette histoire m'a vraiment tenue en haleine et c'est la plume de Philippe qui m'a aussi conquise.

Coup de coeur pour le Manchot à peau noire après Harpicide.


L'auteur






Né en 1971, Philippe Declerck a toujours vécu dans le Nord (Merville, puis Hazebrouck depuis quelques années). Il a suivi des études d’histoire qui l’ont mené jusqu’au Capes qu’il n’a malheureusement pas obtenu. Il a tout de même exercé le métier de professeur d’histoire en tant que vacataire et celui de formateur en français, histoire-géo dans un centre de formation situé à Hazebrouck.


Sur le plan littéraire, il a publié une Histoire de l’harmonie municipale de Merville du XVIIIe au XXe siècle qui a été primé en 2003 au concours de la Renaissance littéraire. Il fait partie de cette harmonie depuis près de 25 ans où il joue du bugle, un genre de trompette.

Ses lectures sont nombreuses mais son genre de prédilection est bien entendu le polar, notamment Jean-Christophe Grangé, Maxime Chattam, Franck Thilliez, Michaël Connelly, Stieg Larsson, Iain Pears, Michaël Marshall, Loevenbruck, Umberto Eco… mais aussi de nombreux livres d’histoire.
Le cinéma a une grande influence sur ses romans, en particulier Hitchcock mais aussi des films comme Seven ou Le sixième


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles les plus consultés