lundi 20 octobre 2014

Olivier Adam : " Je vais bien ne t'en fais pas "






4 ème couverture



Que peut-on attendre d'un frère aimé et admiré, disparu brutalement à la suite d'une querelle avec le père, sinon quelques nouvelles ?

Un simple mot, comme "Je vais bien, ne t'en fais pas". Ce serait à peu près suffisant pour rassurer Claire, l'héroïne du premier roman d'Olivier Adam.

En attendant un hypothétique retour, la jeune femme a quitté la banlieue pour être caissière dans un supermarché de Paris. Un travail sans importance pour une jeune femme sans importance. Une manière de penser à autre chose, entre deux rencontres anodines et dérisoires.

Olivier Adam a bâti son récit original sur la fuite de ce frère, prétexte pour parler tout doucement de la disparition, de l'absence, du mal-être.

L'exercice se poursuit dans un style minimaliste où les éléments avancent sûrement, inexorablement, comme sur un tapis roulant.

Livre du non-dit, des secrets familiaux, tout en pointillés Je vais bien, ne t'en fais pas revêt les formes mécaniques d'un code-barre, la simplicité d'un ticket de caisse.

Tous les éléments aussi d'un univers quotidien, ébauchés dans le détail, à coup d'anecdotes pleines de tendresse, de compassion juste. --Céline Darner




Mon avis


Un livre rempli d'émotions, de sentiments profonds.
Un fils disparait sans donner signe de vie mais pourquoi, pour quelles raisons? Tant de questions se sont posées dans ma tête jusqu'à attendre le dénouement de l'histoire.


D'ailleurs c'est ce qui m'a poussé à le lire sans relâche et l'auteur, Olivier Adam , sait mener l'histoire à merveille.

Les chapitres sont très courts avec une écriture simple et des phrases concises.


Olivier Adam conjugue la peur, les émotions de ces personnages avec efficacité.

Les sujets abordés dans ce récit sont principalement  la famille, l'amour et la séparation.

Le titre" Je vais bien ne t 'en fais pas " peut paraitre paradoxal car quand j'ai lu ce livre, je me suis sentie mal.


L'auteur arrive à faire passer quelque chose de fort dans ce roman; comment peut on rester normal, insensible face à la lecture de ce récit?


Olivier Adam décrit très bien l'état dans lequel on peut se trouver face à la fuite d'un être proche.


Bref un roman qui m'a touchée et m'a bouleversée.


" Il y avait là quelque chose d'humain: les gens faisaient leurs courses, rentraient chez eux, allaient chercher le pain ou le journal, des cigarettes, prenaient un verre au comptoir. "

"-Ton frère est parti

-Parti où?

-On ne sait pas

-Comment ça on se sait pas ?

-Non il est parti comme ça.Ca fait cinq jours, on ne l'a pas revu. Il a juste dit qu'il partait, qu'il ne reviendrait pas.

Irène pleure.

Paul disparait dans l'escalier."




L'auteur






Nationalité : France
Né(e) à : Draveil , le 12/07/1974

Biographie :

Olivier Adam suit des études de gestion d'entreprises culturelles puis, après un "trou noir" de quelques années où il commence à écrire, il participe en 1999 à la création du festival littéraire "Les correspondances de Manosque".

En 2000, Olivier Adam publie aux éditions du Dilettante son premier roman, "Je vais bien ne t'en fais pas".

Il signe ensuite avec les éditions de l'Olivier où il publie "A l'Ouest "(2001), "Poids léger" (2002), "Passer l'hiver" (recueil de nouvelles, Prix Goncourt de la Nouvelle 2004 et Prix des Éditeurs 2004), "Falaises" (2005, sélectionné dans 13 prix littéraires sans obtenir aucune récompense) et "À l'abri de rien" (2007, Prix du Premier prix 2007 et favori du Prix Goncourt 2007). Entre-temps, en 2003, il devient directeur de collection aux éditions du Rouergue.

Parallèlement, Olivier Adam écrit aussi plusieurs ouvrages pour la jeunesse, publiés pour la plupart à l'École des Loisirs: "On ira voir la mer" (2002), "La Messe Anniversaire" (2003), "Sous la pluie" (2004), "Douanes" (2004, éditions Page à page) "Comme les doigts de la main" (2005) et "Le jour où j'ai cassé le château de Chambord" (2005). Il publie par ailleurs régulièrement des textes courts dans les revues littéraires et anime des ateliers d'écriture en milieu scolaire.

Des histoires plein la tête, Olivier Adam sort coup sur coup "Des vents contraires" (2009) et "Le coeur régulier" (2010), tout en écrivant des ouvrages jeunesse, "Les Boulzoreilles", avec Euriel Dumait (2010) ou "Personne ne bouge" (2011).

"Les lisières" est sorti à la rentrée littéraire 2012, un roman où le destin d'un homme croise celui de la France.

Pour le cinéma, outre la co-scénarisation de ses romans ("Je vais bien ne t'en fais pas" adapté en 2006 par Philippe Lioret, "Poids léger" adapté en 2004 par Jean-Pierre Améris et "Sous la pluie" en cours d'adaption par Patrick Goyette), Olivier Adam a co-signé les scénarios de "L'été indien" d'Alain Raoust (2007) et de "Maman est folle" de Jean-Pierre Améris (2007, téléfilm) "Welcome" et "Des vents contraires" de Jalil Lespert.

Depuis 2005, Olivier Adam vit à Saint-Malo avec sa compagne, l'auteure de livres pour enfants Karine Reysset,où il partage son temps entre la littérature et le cinéma.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Articles les plus consultés