Pages

lundi 17 août 2015

Gérard Coquet: " Malfront- Les fantômes de la combe"


Editions In Octavo
359 pages

4ème couverture



An trois de la République. Lyon, ville insoumise, endure la plus sanglante des répressions. Fuyant la soldatesque, une nonne accepte l'invitation d une étrange vieille, croisée au détour d' un chemin.Marceline restera à Malfront, contrainte et forcée par les effets d onguents qui vont l' éloigner du Seigneur. Elle accouchera, malgré elle, d'une descendance bercée de maléfices qui ne s'éteindront jamais. Juin 2007. À Martebrun, paisible bourgade des Monts du Lyonnais, on égorge, on flingue, on assassine ! Trio improbable, un commissaire alcoolo-dépressif, un écrivain fantôme et une fliquette néogothique tentent d'enrayer l hémorragie de notables...


Mon avis



"Les fantômes de la combe " n'est vraiment pas un roman comme les autres; des personnages noirs, des lieux étranges et l'espace temporel de ce dernier est extraordinaire.

L'auteur, Gérard Coquet, situe l'histoire en Thermidor 1794. Soeur Marceline n'a pas eu le choix, elle doit rentrer dans l'antre du Malin car Ernestine la force. Assez étrange comme personne, elle dégage d'étranges pouvoirs et n'a qu'une seule idée en tête, convaincre Marceline d'enfanter pour ainsi donner une descendance à la Combe de Malfront. Cette nonne se plie donc aux exigences d' Enerstine.

Après avoir donné naissance à un garçon nommé Georges, Marceline remarque quelque chose d'anormal dans le comportement de son enfant. Il aime faire mal, et faire souffrir.
C'est le début d'une descendance où maléfices et malédictions s'installent dans ce bourg.

Mais ce qui est le plus surprenant dans ce récit c'est ce vieux chêne Fourbu. Il parle. Je trouve l'idée assez originale de donner la parole à cet arbre.


" Au fait, excuse mon langage de travers mais je parle différemment le tien. Je vais toutefois m'efforcer d'utiliser tes mots pour me faire comprendre de la même manière. Comble d'impolitesse, je ne me suis pas encore présenté! Je m'appelle Chêne Fourbu. Pour les imbéciles de Martebrun je possède la sérénité accordée aux arbres vieux de plusieurs siècles. "

Que vient donc faire ce vieux chêne dans ce récit?

L'auteur nous fait glisser dans le présent, en 2007 à Lyon.
Des meurtres sont commis. Marcel Pauvert, Line et un écrivain fantôme  sont sur cette enquête. Ils vont comprendre que cette affaire fait ressurgir certains passés et légendes.
Quel est donc le suspect?

C'est un roman étonnant, une totale réussite. J'ai aimé ces deux histoires qui vont finir par se lier entre elles, même si elles sont assez lointaines l'une de l'autre.

L'auteur a su créer une ambiance dérangeante avec des personnages noirs, obscurs de part leurs descriptions et leurs vies.
J'ai eu l'impression  de fondre dans le décor d'ailleurs, Gérard Coquet utilise  un franc parler Lyonnais.

" Bon comme t'as l'air bonne grabotte, ce soir, je t'invite à partager ma mangeaison et ma buvaison. Y en n'a pas des bachassées mais ça suffira pour deux. "

Cette histoire est bien menée  j'ai suivi avec intérêt les personnages qui sont très attachants.Quelques touches humoristiques détendent  cette atmosphère lugubre.
Une histoire passionnante qui vous entraine vers des lieux peu chaleureux.


Je confirme cet auteur a  vraiment du talent car en lisant ce récit vous ne serez pas déçus.

J'ai hâte de lire son second roman qui s'intitule " Malfront les mémoires de Mathilde. "




L'auteur 



Nationalité : France
Né(e) à : Bron , le 21/01/1956

Il devient expert-comptable stagiaire dans un cabinet de la région lyonnaise. L'envie de créer le pousse à reprendre l'entreprise familiale de location de linge, de la développer et de la vendre au bout de vingt ans.

Parallèlement, il exerce pendant onze ans les fonctions de juge auprès du tribunal de commerce de Lyon. Il termine son mandat par une garde à vue, une mise en examen et un non-lieu en correctionnelle.

Pendant toute cette période, il participe à la vie d'un groupe musical style folk, musique californienne, ballades irlandaise, country.

De cette aventure, un recueil est paru en 2005, regroupant une petite partie du répertoire.

Gérard Coquet a été couronné lauréat du Prix Plume de Glace 2012 de Serre-Chevalier pour son roman Malfront, les fantômes de la combe et, au mois de septembre 2012, il a reçu le 1er Prix Centaure Noir de Noisy-le-Roi.

En dehors de l'écriture, il se passionne pour la sculpture (moulage) et la peinture.

Petit aperçu de Malfront
Malfront



Aucun commentaire:

Publier un commentaire