Pages

mercredi 11 mars 2015

Stanislas Petrosky : " Ravensbrück mon amour "


Edition Atelier Mosesu
221 Pages



4 ème couverture



Gunther, jeune artiste allemand enrôlé de force au moment de la construction du camp de Ravensbrück, en devient l’illustrateur officiel, obligé de mettre son talent de dessinateur au service des autorités nazies

Rien n’échappe au crayon affûté du jeune homme : l’horreur des camps, les expériences médicales, les kommandos, les mœurs des officiers, la vie, la mort.

Dans ce roman noir, Stanislas Petrosky pénètre au cœur de Ravensbrück et en décrit implacablement chaque recoin, afin de ne jamais oublier.


Mon avis





L'atelier Mosésu lance une nouvelle collection [39-45], le roman noir au service de l'histoire.

Dans cet opus, l'action se passe en Allemagne plus précisément dans le camp de Ravensbrück encore nommé "pont aux corbeaux". Un sujet poignant car ce lieu est maudit et sent la mort.

"Ravensbrück était devenu un mouroir, un immense morgue à ciel ouvert".

Un récit sombre où la vie des femmes n'est que de courte durée. Gunther Frazentlich a été engagé de force comme ouvrier mais n'a qu'une seule envie c'est dessiner. Il se retrouve alors dans ce camp non pas pour travailler mais crayonner l'horreur et l'atrocité de ce camp. Faire du dessin lui procure la vie car son talent est reconnu des autorités nazies.

"Le temps d'un dessin, je ne pensais plus aux expériences, aux coups, aux tortures, à tout ce qui était le quotidien de Ravensbrück."


Gunther dessine la plupart du temps le mal et le désespoir, il ne veut pas mourir sous le joug allemand alors il n'a pas le choix , il crayonne sans cesse et affûte ses crayons. C'est à travers ces croquis que Gunther veut montrer au monde entier la souffrance, la cruauté, et les tortures subies sur les corps des femmes.

L'auteur, Stanislas Petrosky va droit au but et décrit avec froideur et dureté ce qui se passe à Ravensbrück. Son écriture est d'une telle intensité, qu'on ne peut rester indifférent face à tant de massacres. La pourriture et la putréfaction des cadavres s'amoncellent dans ce récit.

Mais l'amour a aussi une place à Ravensbrück, Gunther s'éprend de Edna Amburn mais peut on tomber amoureux dans ce mouroir?

L'auteur a su écrire avec un réalisme impressionnant sur un sujet très sombre.

Un livre que je recommande à tous car il ne faut pas oublier cette période de la guerre et cet auteur a beaucoup de talent et son écriture est remarquable,nous transporte très loin.





Pour le commander c'est ici :
Ravensbrück mon amour

L'auteur







Né en 1975 sur les bords du lac Sevan, en Arménie. Stanislas Petrosky quitte son pays à l’âge de dix-sept ans pour rejoindre la France. Il glissera dans une délinquance de plus en plus dure et connaîtra de nombreux démêlés avec la justice.

C’est lors de ses séjours à l’abri du soleil qu’il se découvrira une passion pour l’écriture, sombre de préférence, en commençant par les nouvelles. Ravensbrück mon amour est son premier roman.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire