samedi 11 novembre 2017

Jacques Bablon: " Nu couché sur fond vert"



Edition Jigal Polar
216 pages



4 ème de couverture


Margot et Romain. Deux flics d’une même brigade. Ont en commun l’habitude de sortir du cadre autorisé pour régler à leur manière les affaires criminelles qui leur tiennent à cœur. Margot veut retrouver l’assassin du père de Romain, tué par balle, il y a vingt-cinq ans. Une famille au destin tragique… Romain ne lui a rien demandé. Mais Margot ne supporte pas que des tueurs cavalent librement dans la nature. Romain, lui, traque les auteurs du carambolage meurtrier qui a coûté la vie à l’inspecteur Ivo, son coéquipier. Leurs armes ? Acharnement et patience sans bornes pour Margot… Beretta et fusil à lunette pour Romain ! Une plongée dévastatrice où le hasard n’a pas sa place…


Mon avis


Jacques Bablon avec « Nu couché sur fond vert » m´a étonnée dans le bon sens du terme. Le tout est original à plusieurs niveaux. Si tout commence presque comme une enquête classique, très vite le roman nous mène dans une histoire complexe.
Les personnages sont forts voire parfois déjantés et réagissent de manière inattendue. Évidemment cela m’a beaucoup plu de page en page. Jamais je ne me suis ennuyée en compagnie de Margot et Romain. La première veut traquer l’assassin du père de Romain alors que celui-ci recherche les auteurs d’un cambriolage fatal pour son coéquipier. Très vite leurs projets tournent mal. Margot est une jeune femme vive aux réactions exacerbées.

« Après des mois de recherches préliminaires, Margot allait vivre l’arrestation de la meurtrière comme une compulsion libératrice. Le moment était excitant, ce qu’elle ressentait se rapprochait de la jouissance ».

vendredi 10 novembre 2017

Hanni Münzer: " Au nom de ma mère"



Editions L'Archipel
396 pages


4 ème de couverture



JUSQU’OÙ UNE MÈRE PEUT-ELLE ALLER POUR SAUVER SES ENFANTS ?

Étudiante à Seattle, Felicity reçoit un appel : Martha, sa mère, a disparu… Felicity la retrouve à Rome, où Martha s’est enfuie avec des archives familiales.
Martha a en effet découvert une longue lettre écrite par sa propre mère, Deborah, fille d’une diva qui connut son heure de gloire aux débuts du IIIe Reich. Une lettre qui va plonger Felicity dans une quête douloureuse.
Alternant passé et présent, ce roman mêle amour et trahison, colère et culpabilité, péché et expiation, autour d’un secret de famille courant sur quatre générations.


Mon avis



Felicity décide de prendre l'avion en direction de Kaboul dans le but de travailler pour une organisation les Médecins du monde mais un empêchement de dernière minute y fait obstacle; sa mère Martha disparaît sans laisser signe de vie.

Après de multiples recherches, sa fille la retrouve dans un hôtel à Rome. Martha avait avec elle quelques affaires personnelles de sa mère, Elisabeth, décédée depuis peu plus précisément une boîte contenant une lettre écrite d' Elisabeth.
Pourquoi Martha a-t-elle pris la fuite?
Que révèle cette lettre?

Dès les premières pages du livre, je me suis laissée entraîner par l'histoire. Je voulais savoir ce que le témoignage d' Elisabeth allait dévoiler. C'est toute une génération qui est décrite dans ce roman sur fond de guerre principalement le IIIème Reich.
Beaucoup de sentiments  et d'émotions ressortent de ce roman: courage, tristesse, révolte et espoir de vivre.

mercredi 8 novembre 2017

Concours Automne noir avec Amélie de Lima




Bonjour à tous et toutes, c'est avec joie que je vous annonce un petit concours sur mon blog, j'en fais très rarement c'est vrai mais en accord avec Amélie de Lima je vous propose de gagner un exemplaire de le " Silence des aveux" auto-édité.

Amélie est une auteure d'une extrême gentille que j'ai eu plaisir de la rencontrer au Furet du Nord de Roubaix en date du 16 Septembre 2017.


Il y aura deux options:

Deux gagnants avec bon d'achat pour le format kindle/ epub.
Un seul gagnant pour le format broché.

Pour le format broché, il n'y aura pas de dédicace mais l'auteure peut vous envoyer une carte.


Si vous voulez en savoir plus sur ce roman, n'hésitez pas à cliquer sur le lien ci-dessous:

En savoir plus sur l'auteure c'est par ici:

Ou voir le site web de l'auteure:


Les conditions pour participer:

Suivre la page de l'auteure sur Facebook:
https://www.facebook.com/AmelieDeLimaAuteure/

Suivre éventuellement ma page de lecture:

Et mettre votre commentaire en dessous de ce post pour votre participation et me dire pour quel format vous jouez.


Date limite de participation le 25 Novembre 2017.


Je tiens à remercier Amélie de Lima de m'avoir contactée pour ce concours.





samedi 4 novembre 2017

Michelle Frances: " La petite amie"


Editions L'Archipel
420 pages



4 ème de couverture





ELLE AIME VOTRE FILS…

Laura a tout pour elle : un beau mariage, une situation enviable et un fils, Daniel, qu’elle adore.
Quand ce dernier, étudiant en médecine de vingt-trois ans, rencontre Cherry, superbe jeune femme issue d’un milieu modeste, Laura l’accueille à bras ouverts.

… ELLE VEUT VOTRE MORT !

Mais elle va bientôt découvrir sa future belle-fille sous un tout autre jour… bien plus sombre. Et si Cherry n’en voulait qu’à l’argent de son fils ?
Les deux femmes vont dès lors se livrer une guerre sans merci. Un jeu qui pourrait se révéler fatal


Mon avis



" La petite amie" de Michelle Frances est un roman mettant en scène deux femmes totalement opposées par leur vie et leur richesse; Laura Cavendish est la mère de Daniel dont la richesse lui procure le bien être total. Cherchant un logement, il rencontre Cherry Laine, une jeune formatrice dans une agence immobilière chez Highsmith & Brown. Tous les  deux vont ainsi se lier d'amitié jusqu'au point de tomber amoureux l'un de l'autre.

Sa mère tant protectrice pour son enfant, tente de savoir un peu plus sur la situation amoureuse de ce dernier. Après la rencontre de Cherry, Laura semble perplexe quant à cette relation. Pourquoi est-elle réticente à l'égard de Cherry?

" Elle enviait leurs conversations, était avide d'informations. Elle voulait tout entendre, tout assimiler, se laisser aller à sa propre excitation de le savoir bientôt dans la vie active, et savourer l’été en sa compagnie avant qu'il ne parte faire son internat. " 


" La petite amie" fait référence à plusieurs thématiques telles que l'obsession, l'emprise, la jalousie et le mensonge.

" J’aime mon fils. C’était tout ce qui comptait. Peu importe qu’elle soit sur le point de commettre un acte monstrueux. Une occasion s’était présentée à elle, une lumière au bout du tunnel dévastateur qu’elle traversait depuis plusieurs mois, et Laura savait qu’elle devait la saisir. Elle s’était torturé l’esprit durant des heures, mais maintenant qu’elle avait pris sa décision, les mots qu’elle allait devoir prononcer la remplissaient d’effroi. Les paroles qui allaient l’anéantir. C’était une première. Elle envisagea un bref instant de répéter sa partition, mais les mots refusaient de s’articuler convenablement dans sa tête. Un mot en particulier. Son instinct la poussait à le chasser sans ménagement."

jeudi 2 novembre 2017

Line Dubief: " Meurtre sur Oléron- Les mouettes ne se marrent plus"


Geste Editions
304 pages


4 ème de couverture



Sur une petite plage de l’île d’Oléron, un jeune homme est retrouvé mort, à demi enseveli dans le sable. Raymond Eustache, commissaire de police de La Rochelle, est dépêché sur place. 

Au rythme enivrant des effluves marins et des pineaux charentais, il arpente les marais salants sauvages et les vignobles de l’île. Au fil de ses rencontres, il s’imprègne de la vie insulaire. Alors que se profile la courte vie de la victime, les circonstances du meurtre se dessinent pour faire resurgir un passé implacable et douloureux.


Mon avis



J’ai passé un bon petit moment avec « Meurtre sur Oléron » de Line Dubief. J’ai suivi très facilement cette histoire de meurtre sur une petite plage de l’île d’Oléron. Mathieu, un jeune habitant de l’Île est mystérieusement retrouvé mort quasiment enfoui dans le sable. L’intrigue est assez classique et finalement sans grande surprise. Par contre ce qui est ingénieux dans ce roman, c'est qu'il met en avant deux enquêteurs totalement opposés.

L´un est un gendarme et l’autre un policier, ils s’entendent immédiatement de ce fait il n'existe aucune hostilité entre eux. L’enquête est superbement orchestrée grâce aux reparties savoureuses de ces deux hommes bons vivants et efficaces.

L'auteur prend son temps pour nous faire entrer dans son histoire mais une fois démarré, le rythme suit le mouvement des vagues et des embruns de l’île. Les lieux sont bien mis en valeur, j’ai senti que Line Dubief admirait cet endroit. Elle sait exposer les ambiances d’un moment et d’un lieu. La ville de La Rochelle est également bien dépeinte.

« Il aime cette ville. Elle est belle avec ses grandes maisons blanches. Elle est fière avec ses tours dressées. Rayonnante et lumineuse, elle laisse scintiller les reflets du ciel sur ses eaux qui dans ses mouvements indolents bercent les bateaux de ses ports ».

jeudi 26 octobre 2017

Kyra Dupont Troubetzkoy: " À L'Hermine blanche"


Editions Luce Wilquin
304 pages


4 ème de couverture



Sacha a cinq ans lorsqu’elle tombe brusquement d’un immeuble. Sa mère, Sophie Kniazky, une princesse russe malade d’amour, vient tout juste de décéder. Une idée germe. On n’ose à peine la formuler. Et si la petite avait sauté? Son entourage préfère enterrer ces drames trop complexes tandis que s’éloigne le souvenir des jours heureux passés entre sa mère et Sam, son amant. Il devient presque impossible de lui faire parler de Sophie, sa tsarine au destin tragique, dont les mondains ont déjà fait une icône. Mais à trente ans, l’âge exact auquel sa mère rendait l’âme, un verdict médical sans appel exhorte enfin Sacha à sortir du silence. Commence alors une quête sur les traces de Sophie, son prestigieux nom de famille et ses aïeux aux secrets inavouables. Si elle veut comprendre son saut dans le vide, qui elle est, Sacha, produit de troisième génération dont le monde s’est effondré, comme celui de ses aïeux englouti dans la révolution bolchévique, doit partir sur les traces de ses origines où tout semble se jouer...


Mon avis



" À L'Hermine blanche" de Kyra Dupont Troubetzkoy est une très belle surprise pour moi. Bien sûr la 4 ème de couverture est déjà alléchante mais ne laisse pas présager de la belle histoire qu'offre ce roman.
Pour Sacha, tout commence quand elle chute d'un immeuble à l'âge de cinq ans. Mais en fait tout commence longtemps avant et c'est ce que raconte l'auteur au fil des pages.
Le style est envoûtant. Kyra Dupont Troubetzkoy sait le manier selon les circonstances de son histoire, il peut être enchanteur et parfois très froid.

Ainsi je trouve que son style évolue pour devenir chaleureux en fin de roman malgré un début glacial. D'ailleurs l'intrigue avance dans ce sens. Ce qui m'a permis de m'attacher progressivement aux personnages même les plus sombres.
Il y a donc une grande intelligence dans la façon de construire l'histoire en utilisant le style.

"Elle tombe. Sous le coton de la chemise de nuit qui flotte au vent, l'air pénètre d'un coup. Légèreté de son être avant de heurter l'asphalte. Une infime trace de sang d'abord, qui coule le long de sa lèvre et vient poisser son col. Pauvre petit col souillé, grenat."

Il y a bien quelques longueurs mais qui restent suffisamment poétiques pour enchanter les lecteurs. J'ai eu parfois l'impression de plonger dans le cœur de l'âme russe puisque l'ambiance tourne autour d'une famille de russes blancs immigrés.

mercredi 18 octobre 2017

Anne de Bourbon-Siciles: " J'ai quelque chose à te dire"


Editions Archi poche
320 pages


4 ème de couverture



New York, 1970. Greta, 20 ans, fille d’un émigré autrichien, professeur à Columbia, et d’une Irlandaise, galeriste bohème, s’apprête à entrer à l’université. Elle rencontre alors John, issu d’une famille fortunée et promis à un brillant avenir.
Quoique très différents, ils se fiancent ; mais, quelques jours avant leur mariage, ils sont victimes d’un accident de la route. À son réveil, Greta apprend qu’elle ne pourra jamais avoir d’enfant. Quand à John… il s’est volatilisé.
Pour Greta, tout est à recommencer. Elle découvrira l’effervescence de la vie parisienne, la violence de la passion sur les rives du Bosphore et la fausse quiétude des paysages du lac Léman.
Surtout, prisonnière d’un secret, Greta aura-t-elle le courage de s’en libérer ?


Mon avis



Avec "J'ai quelque chose à te dire", Anne de Bourbon-Siciles conte l'histoire de Greta dans la seconde partie du XXème siècle. La jeune newyorkaise, après un grave accident, apprend qu'elle ne pourra plus avoir d'enfant. Ainsi commence une existence nouvelle pour l’héroïne.

J’ai aimé redécouvrir les événements des années 70 et 80 que raconte très bien l’auteur. Celle-ci, en effet, ayant travaillé dans le milieu de la mode, sait de quoi elle parle. Au fil des pages, j’ai donc croisé des personnalités de cette période rendant le récit plus vivant. À travers Greta, j’ai vécu des moments à la fois si proches et si éloignés de nous.

« Comment savoir ? Cette fameuse libération des mœurs qui emplissait les colonnes des journaux et les émissions de télé était-elle un progrès de la civilisation ou le signe d’une décadence ? »

De plus Anne de Bourbon-Siciles parvient à dépeindre des atmosphères qui nous plongent directement dans son histoire. Le style est facile à lire sans ambages permettant de suivre les protagonistes aisément. 

lundi 16 octobre 2017

Gipsy Paladini: " Sang pour Sang"





4 ème de couverture



Al aimait le silence de la nuit. Il aimait ses gens aussi : les petites frappes qui n’hésitaient pas à pointer leur nez, les dealers qui dormaient toute la journée et arpentaient les rues une fois l’obscurité tombée à la recherche de nouveaux clients. Il aimait les cris surgis de nulle part, les hurlements des chiens, les gamins qui pleuraient, les alcooliques qui refaisaient le monde. Il aimait les putes aussi, les filles de la nuit, qui fréquentaient ces mêmes frappes, dealers ou autres paumés comme lui. Al aimait la nuit car c’était la seule chose qu’il craignait.

Sang pour Sang raconte la traque sanglante menée par deux flics new-yorkais contre des tueurs qui semblent suivre un parcours aussi chaotique qu'incompréhensible. Une enquête à rebondissements qui sera une véritable descente aux enfers pour Al Seriani, inspecteur à l'esprit torturé, et pour son coéquipier David Goldberg, un jeune flic fraîchement sorti de l'Académie de police.


Mon avis



J'ai lu " Sang pour Sang" en un week-end. Je l'avais un moment dans ma pile à lire et c'est lors du visionnage de la bande annonce que je me suis mise à découvrir la première enquête de Al Seriani.

Dès les premières pages tu fais connaissance de cet inspecteur paumé ayant une addiction pour l'alcool et savourant ses nuits qu'en compagnie de prostituées.

Après un appel de David Goldberg, Al Seriani se dirige à l'hôtel Brinkstone.

Un cadavre est retrouvé dans une des chambres de façon horrible. Un seul indice si ce n'est un carnet dans la valise de la victime.

Quelle est donc la véritable identité de la victime? Pourquoi s'être acharné avec tant de violences sur ce corps?

" Un cadavre gisait au milieu de la pièce, une forme désarticulée qui baignait dans une mare de sang. Sa peau paraissait à un tel point écorchée que, d'où il se trouvait, Al eut du mal à en définir la couleur originelle. "

L'inspecteur avec son équipe de choc devra trouver des preuves tangibles.

Malgré son caractère râleur et quelque peu désinvolte, Al Seriani est un véritable maître de la situation.

Gipsy Paladini entraîne son lecteur dans histoire passionnante et très bien ficelée.

Ce roman est un véritable bain de sang. La description des cadavres font froid dans le dos.

Comment l'auteure a-t-elle pu retranscrire tant de haines, de violences sur les corps des victimes?

J'en suis sortie toute chamboulée et mes tripes en ont pris un sacré coup.

mardi 10 octobre 2017

Nicolas Zeimet: " Retour à Duncan's Creek"





Editions Jigal Polar
296 pages


4 ème de couverture




Après un appel de Sam Baldwin, son amie d'enfance, Jake Dickinson se voit contraint de retourner à Duncan’s Creek, le petit village de l’Utah où ils ont grandi. C’est là que vit Ben McCombs, leur vieux copain qu’ils n’ont pas revu depuis plus de vingt ans. Les trois adolescents, alors unis par une amitié indéfectible, se sont séparés dans des circonstances dramatiques au début des années quatre-vingt-dix. Depuis, ils ont enterré le passé et tenté de se reconstruire. Mais de Los Angeles aux montagnes de l’Utah, à travers les étendues brûlantes de l’Ouest américain, leurs retrouvailles risquent de faire basculer l’équilibre fragile de leurs vies. Ce voyage fera ressurgir les haines et les unions sacrées, et les amènera à jeter une lumière nouvelle sur le terrible secret qui les lie. Ils n’auront alors plus d’autre choix que de déterrer les vieux cadavres, quitte à renouer avec la part d’ombre qui les habite… et à se confronter à leurs propres démons.


Mon avis


J'attendais patiemment le prochain livre de Nicolas Zeimet et le voilà enfin arrivé sous le titre " Retour à Duncan's Creeks" aux éditions Jigal Polar.
J'ai retrouvé Sam Baldwin, Jake Dickinson et Ben Mc Combs, les personnages évoqués dans " Seuls les vautours".

Dans " Retour à Duncan's Creek", j'ai eu de nouveau un énorme plaisir à suivre cette bande de copains marqués par un terrible secret.

Ces trois adolescents se sont séparés suite à un terrible événement survenu lors de la fête d' Halloween. Ce soir là, ils ont vu leur vie basculer à jamais, leur complicité a été très forte mais s'est envolée. Une seule promesse entre eux est restée graver dans leur mémoire.

" Tu sais quoi? Je sais même plus pourquoi je l'ai fait [...] Ok? Quoi qu'il arrive. Les trois doigts de la main, vous vous rappelez? A la vie, à la mort. "

D'ailleurs ces trois adolescents ont enterré la passé en créant un lunch box, une sorte de capsule temporelle. Mais pourquoi ressasser tant cette histoire vécue et douloureuse? Pourquoi Sam a-t-elle autant peur de son ombre?

Dans " Retour à Duncan's Creek", Nicolas Zeimet retrace un souvenir douloureux.Ce roman est aussi la nostalgie du temps passé marquant à la fois le bonheur mais également l'insouciance. Ils n'avaient que quinze ans à l'époque et ils ont commis l'irréparable.

" Trente ans d'amitié, et la revoir me terrifiait encore. Le temps est une pourriture. Il vous prend tout, la jeunesse, l'innocence et l'insouciance. L'espoir. Tout ce qu'il vous laisse, ce sont les souvenirs. "

Si le début du roman m'a laissée perplexe sur l'intrigue, la deuxième partie m'a totalement emportée vers une vague d'émotions et de suspense.

vendredi 6 octobre 2017

Lee Matthew Goldberg: " Mentor"


Editions Hugo Thriller
400 pages




4 ème de couverture



Tout semble sourire à Kyle Broder, jeune éditeur dans une grande maison d’édition new-yorkaise. Lorsque Kyle est contacté par William Lansing, son professeur à l’université, il est ravi et décide de présenter son mentor à sa petite amie, Jamie. À cette occasion, William propose à Kyle le manuscrit d’un texte sur lequel il travaille depuis de nombreuses années. D’abord enchanté à l’idée de le publier, Kyle est rapidement choqué par la perversité du récit, qu’il abandonne après en avoir lu quelques pages. Mais lorsqu’il en refuse la publication, William entreprend de ruiner la vie de son éditeur, s’en prenant successivement à son chat, sa copine et son auteur vedette. Kyle est alors obligé de se replonger dans le roman de William, Devil’s Hopyard, et découvre que le livre fait sinistrement écho à l’histoire de la disparition non élucidée de sa petite amie à l’université. Et qu’il ressemble cruellement à la confession d’un criminel.

Un thriller redoutablement efficace, un terrifiant jeu de piste littéraire entre American Psycho et Le Silence des Agneaux

" Hitchcock lui-même n’aurait pu inventer une histoire aussi diabolique. "


Mon avis



" Mentor" vous mène vers un jeu de piste littéraire à la fois angoissant et cauchemardesque. Chaque chapitre met en scène principalement William Lansing et Kyle Broder. C'est un face à face redoutable glissant parfois dans l'horreur et la perversité. Les personnages sont indéniablement maîtres de leurs situations. Qui des deux tire au final sur les ficelles dans cette histoire?

Lee Matthew Goldberg nous narre un récit vertigineux et effrayant. Kyle Broder est un homme très jeune pour qui la réussite fait la une des journaux comme la Gazette. Ce dernier est grand éditeur à New York chez Burke & Burke. Son ancien professeur, William Lansing , l' appelle et lui fait part de son manuscrit intitulé " Devil's Hopyard". Ce  livre est un pavé comprenant plus de mille pages et selon William c'est la sortie de l'année.

" Mon roman est vraiment bon, tu sais, Laura. Je veux dire que ... j'ai finalement trouvé la solution à tous ces problèmes dont je t'avais parlé. "

" Non, mon but est beaucoup plus ambitieux que ça. Et le public finira par le voir un jour. "

Son ancien élève décide alors de revoir son professeur en l'invitant chez lui. Après la visite de celui-ci , Kyle lit le livre mais le sujet traité le choque. Non seulement l'écriture est mauvaise et épouvantable mais c'est totalement glauque  et horrible.

Comment son professeur si brillant a pu concevoir un tel livre? Kyle ne parviendra pas à lire le manuscrit ce qui va mettre son professeur dans un état de fureur...

jeudi 28 septembre 2017

Laurent Loison: " Cyanure"


Editions Hugo Thriller
437 pages


4 ème de couverture



Branle-bas de combat au 36, quai des Orfèvres. Toujours assisté de sa complice Emmanuelle de Quezac et du fidèle capitaine Loïc Gerbaud, le célèbre et impétueux commissaire Florent Bargamont se trouve plongé dans une enquête explosive bien différente des habituelles scènes macabres qui sont sa spécialité.

Un ministre vient en effet d’être abattu par un sniper à plus de 1200 m. Sachant que seules une vingtaine de personnes au monde sont capables d’un tel exploit, et que le projectile était trempé dans du cyanure, commence alors la traque d’un criminel particulièrement doué et retors.

Les victimes se multiplient, sans aucun lien apparent et n’ayant pas toutes été traitées au cyanure. Balle ou carreau d’arbalète, la précision est inégalée. Ont-ils affaire à un ou plusieurs tueurs ? Un Guillaume Tell diaboliquement efficace se promène-il dans la nature ?

Tandis que Barga doit faire face à de perturbantes révélations et se retrouve dans une tourmente personnelle qui le met K.O., les pistes s’entremêlent jusqu’au sommet de l’État, où le président de la République n’est peut-être pas seulement une cible.


Mon avis



Je vais vous faire une confidence chers lecteurs et lectrices, je n'ai pas lu le précédent roman de  l'auteur et c'est une première.
Le premier chapitre démarre très fort si bien que l'envie de poursuivre la lecture devient ma seule préoccupation.
" Cyanure" est un roman qui me plaît assurément, la tension vous submerge et l'intrigue est au summum.
Les pages défilent à une vitesse phénoménale.
Même si l'intrigue démarre doucement pour le grand plaisir du lecteur, elle va de plus en plus s'intensifier pour parfaire cette histoire incroyable et parfois complexe.
Vous ne lâcherez plus ce livre et  il deviendra votre compagnon du soir.
Il faut vraiment le lire car l'affaire semble compliquée pour l'équipe du 36 quai des orfèvres.

Mais revenons un peu sur l'histoire; un homme politique est tué d'une balle de cyanure. Le tir est si précis que toute l'équipe de Florent se met au diapason sur cette affaire.

" La mort clinique constatée est l'oeuvre d'une balle de très gros calibre. L'intention catégorique de tuer est donc avérée. Le sniper n'a laissé aucune chance à cet homme que pleurent désormais une femme, deux enfants et quatre petits-enfants. "

Le tueur ne sera pas à son premier coup d'essai, d'autres cadavres vont être retrouvés.

mardi 19 septembre 2017

Michael Farris Smith: " Nulle part sur la terre"



Editions Sonatine
400 pages




4 ème de couverture



Les oubliés du rêve américain.

Une femme marche seule avec une petite fille sur une route de Louisiane. Elle n’a nulle part où aller. Partie sans rien quelques années plus tôt de la ville où elle a grandi, elle revient tout aussi démunie. Elle pense avoir connu le pire. Elle se trompe.

Russel a lui aussi quitté sa ville natale, onze ans plus tôt. Pour une peine de prison qui vient tout juste d’arriver à son terme. Il retourne chez lui en pensant avoir réglé sa dette. C’est sans compter sur le désir de vengeance de ceux qui l’attendent.

Dans les paysages désolés de la campagne américaine, un meurtre va réunir ces âmes perdues, dont les vies vont bientôt ne plus tenir qu’à un fil. 

On a envie de comparer Michael Farris Smith à Sam Shepard ou à Cormac McCarthy, tant on a besoin de repères quand on assiste à la naissance d’un écrivain majeur. Ce serait faire erreur. Michael Farris Smith possède en effet un style et un talent d’évocation totalement singuliers qui vont droit au cœur du lecteur. Avec ces personnages qui s’accrochent à la vie envers et contre tout, il nous offre un magnifique roman sur la condition humaine, qui ne quittera pas nos esprits avant longtemps.


Mon avis



Autant vous dire de suite chers lecteurs et lectrices que " Nulle part sur la terre" est un véritable coup de cœur pour moi. Il est très rare que je le dise mais ce roman est un vrai petit bijou; il est excellent et énorme.

L'ambiance au départ m'a un peu dérangée mais au fur et à mesure de ma lecture, je me suis imprégnée de cette atmosphère à la fois noire et grandiose.

" Nulle part sur la terre" est l'histoire de trois personnages principaux; Maben et sa fille, Annalee, et celle de Russell, cet homme sorti depuis de prison et ayant purgé sa peine depuis 11 ans.

J'ai donc fait plus ample connaissance avec ces derniers même si cette histoire fait référence à de nombreuses personnes.
Pourquoi Maben et Annalee se trouvent sur cette longue route ayant pour simple bagage, un sac poubelle?
Comment et par quels moyens Maben et Russell vont se rencontrer?

Je ne vous déflorerai pas l'histoire, à vous de le lire car ce roman vaut vraiment le détour.

Je me suis posée tant de questions et  les réponses à mes interrogations m'ont chagrinées tout en me faisant sourire.

lundi 4 septembre 2017

Véronique Olmi: " Nous étions faits pour être heureux"


Editions Albin Michel
240 pages 



4 ème de couverture



Quand Suzanne vient dans la maison de Serge à Montmartre, il ne la remarque pas. Elle accorde le piano de son fils. Elle est mariée, lui aussi, et à 60 ans il a ce dont rêvent les hommes : un métier rentable, une jeune femme parfaite, deux beaux enfants. Pourquoi soudain recherche-t-il Suzanne qui n'est ni jeune, ni belle, et apparemment ordinaire ? Pourquoi va-t-il lui confier un secret d'enfance dont il n'a jamais parlé et qui a changé le cours de sa vie ? 

Pour évoquer la passion naissante, les vérités enfouies et coupables, l'auteur de Bord de mer, Le Premier amour et Cet été-là, décline avec subtilité, en musique douce, juste et fatale, ces moments clefs où les vies basculent et cherchent désespérément la note juste.



Mon avis


« C'est étrange comme il suffit d'un rien pour qu'une vie se désaccorde, que notre existence, tellement unique, si précieuse, perde son harmonie et sa valeur. »


Suzanne est âgée d'une quarantaine d'années, mariée à Antoine et est accordeuse de pianos. Elle rencontre un jour Serge, le mari de Lucie dont le fils, Théo, veut apprendre à jouer du piano sur un Bösendorfer, et c'est à ce moment là que la vie de Lucie va se désaccorder.

Serge est agent immobilier, âgé d'une soixantaine d'années il s'intéresse de près à Suzanne quitte à la suivre et à l'attendre devant chez elle. Au fond que cherche-t-il auprès de cette femme ayant un physique simple et dont la beauté n’équivaut pas à  celle de sa femme Lucie? 

Suzanne et Serge vivent une passion uniquement sexuelle; Serge lui donne rendez-vous dans un appartement immense et nu. Il n'en faut pas plus pour attiser leur amour et Suzanne est une femme si simple, qui ne demande pas grand chose si ce n'est que la présence de Serge à ses côtés.

" Il entend le pas de Suzanne dans l'escalier. Il sait que c'est ça qu'on nomme l'amour. Guetter le pas de l'autre dans l'escalier. "

Au fur et à mesure de leur relation, Serge se confie de plus en plus à Suzanne jusqu'au point de dévoiler un lourd et terrible secret....

mardi 29 août 2017

Claudie Gallay: " La beauté des jours"


Editions Actes Sud
416 pages



4 ème de couverture


Jeanne a tout pour connaître un bonheur tranquille : deux filles étudiantes, un mari attentionné, une amie fidèle, un boulot stable. Passionnée par Marina Abramović, l’artiste-performeuse célèbre pour avoir, dans son travail, mis en jeu son existence, Jeanne n’aime pas moins les surprises, l’inattendu. Cet été-là, le hasard se glisse – et elle-même l’invite – dans son quotidien...
À travers la figure lumineuse de Jeanne et la constellation de personnages qui l’accompagnent et la poussent vers un accomplissement serein, Claudie Gallay compose un roman chaleureux et tendre sur la force libératrice de l’art, sur son pouvoir apaisant et révélateur. Et sur la beauté de l’imprévisible.


Mon avis


J'ai choisi mon premier livre " Rentrée littéraire" avec ce titre. Pour ceux ou celles qui me suivent ce n'est pas dans mes habitudes de lire ce genre de lectures. Je suis plutôt du genre à lire des thrillers mais parfois il faut se laisser tenter par d'autres livres et c'est avec ce titre que je fais un grand virage et quelle découverte! L'auteure a un style particulier qui me convient bien; les mots percutent et me plaisent beaucoup.

Mais revenons à l'histoire; Claudie Gallay nous narre l'histoire de Jeanne, une femme âgée de 43 ans menant une vie ordinaire, régulière et bien rangée. Elle est mariée à Rémy et a deux enfants, jumelles, Chloé et Elsa.
Ses deux filles suivent des études de commerce à Lyon. Suite à un coup de vent, un cadre du mur se retrouve au sol en milles morceaux, une photo s'y glisse et apparaît le portrait de Marina Abramović.

Jeanne est passionnée de par la vie de cette artiste; elle voue une véritable passion pour elle au point de le lui écrire quelques lettres restées sans réponse.

Le train train quotidien de Jeanne prend trop le dessus si bien qu'elle décide de se replonger dans l'histoire de l'Art concernant Marina Abramović.

" Abramović s'était confrontée à tout ce qui la terrifiait, le froid, le feu, les serpents, la solitude, les autres. " 

Jeanne change la donne dans sa façon de faire; elle suit sans intérêt un homme inconnu dans la rue ou se pose des questions qui n'ont point de réponse. Peut-être que l'art de Marina donne un tout autre esprit à Jeanne.
Jeanne aime s'étendre le soir sur son transat vers 18h01 et regarder le train passer; imaginer la vie de certains passagers la rend heureuse.

mardi 22 août 2017

Åsa Larsson: " En sacrifice à Moloch"


Editions Albin Michel
448 pages
Parution le 30 Août 2017

4 ème de couverture


Au terme d’une traque impitoyable dans les forêts de Lainio, en Laponie suédoise, un ours féroce est abattu. Dans sa panse : les restes d’un homme…  
Cette macabre découverte est suivie quelques mois plus tard par l’assassinat d’une femme à coups de fourche. Chargée de l’enquête, la procureure Rebecka Martinsson ne tarde pas à recouper ces faits a priori sans rapport : les deux victimes avaient un lien de parenté ; ils étaient père et fille. Mais ils ne sont ni les premiers ni les derniers à disparaître, comme si une étrange malédiction frappait leur famille…

Après le succès de Tant que dure ta colère, Åsa Larsson, star du polar scandinave, part sur les traces d’un terrible et lointain secret, dans les paysages crépusculaire et inquiétants du Grand Nord suédois.



Mon avis


Après avoir lu " Tant que dure ta colère "que j'avais particulièrement aimé, je n'avais qu'une hâte retrouver Rebecka Martinsson. Il s'agit de la cinquième enquête mettant en scène notre procureure.
Cette nouvelle affaire fera plusieurs victimes.

L'action se passe en Suède dans la région de Lainio; des chasseurs pourchassent et tentent de retrouver un ours semant le trouble dans ce petit village. En le tuant ils découvrent dans l'estomac de cet ours le reste d'un humain plus exactement une main d'un homme. Est-ce un accident de chasse? L'affaire est vite classée.

" Les habitants de Lainio vivent dans la peur. Ils savent que l'ours vient de promener par là de temps en temps. Excréments près d'une poubelle renversée, fumant dans la fraîcheur matinale, rouges comme du coulis de myrtilles ou d'airelles. Tout le monde parle de l'ours. Les vieilles légendes reviennent dans les mémoires. "

A deux mois d'intervalle, une autre affaire a lieu; une femme a été sauvagement tuée à coups de fourche et chose étrange les deux victimes ont un lien de parenté.

Ainsi ces deux affaires se relient. La procureure Rebecka Martinsson et l'inspecteur Anna-Maria Mella recherchent les raisons et les circonstances de ces actes. Après plusieurs recherches, la grand mère de ces deux victimes a également été tuée. Pourquoi et pour quelles raisons cette famille est une des cibles principales?

Dans " En sacrifice à Moloch ", l'histoire est parsemée de flashback alternant avec l'histoire d'aujourd'hui; je suis rentrée dans l'histoire datant de 1914, en faisant connaissance de Elina Pettersson, institutrice dans la ville de Kiruna, et de Hjalmar Lundbohm, le grand père de Sol-Britt Uusittalo. Les retours en arrière permettent de mieux comprendre les aboutissements de cette enquête.

" Kiruna était une jolie ville quand elle était couverte de neige fraîche.La montagne de scories recrachées par la mine se transformait en une montagne en terrasses, vêtue de blanc. Les maisons jaunes, comme on nommait les bâtiments en bois construits jadis pour loger les mineurs, semblaient tout droit sorties d'un roman d'Astrid Lindgren. "

jeudi 10 août 2017

Patrick Bauwen: " Le jour du chien"




Editions Albin Michel
432 pages




4 ème de couveture



Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir.
Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier Saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi.

Djeen, je croyais l’avoir tuée. C’était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro.
Et voilà qu’elle me menace…
Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse.
Et ce jour-là signera l’apogée du mal.

Sur les traces d’un tueur psychopathe, dans un Paris souterrain plus hallucinant que l’Enfer, le nouveau thriller de Patrick Bauwen, un des maîtres du genre depuis L’Œil de Caine.



Mon avis



Après avoir lu " Monster", je me lance sur le dernier titre de Patrick Bauwen.

Christian Kovak est médecin aux urgences, il part à la dérive depuis qu'il a perdu sa femme, Djeen. Elle a été poussée sous le métro par un dangereux criminel.

C'est lors d'une soirée que la vie de Christian va basculer. Il est touché par balle à l'épaule par des agresseurs dans le métro. Voulant prendre la défense d'une femme, le voilà à l’hôpital avec une blessure à l’épaule. Mais l'affaire est surprenante car son agression a été filmée et sous un autre angle, il voit sa propre femme. Est-ce réel, est-ce une hallucination? N'est-il pas en état de choc?

Suite à cette vidéo, Christian veut retrouver son épouse en menant l'enquête. Après les avis élogieux des lecteurs et suite à la lecture du roman " Monster" que j'avais particulièrement aimé, j'ai continué ma découverte de l'auteur avec son dernier paru aux éditions Albin Michel intitulé " Le jour du chien".

mardi 8 août 2017

Denis Zott: " Interview"



Après l'excellent roman de " La chute du cafard", je voulais en savoir plus sur l'auteur. Voici une petite interview.


1/// Comment vous définiriez-vous ?

Elevé au bon air de la campagne alsacienne, entre champs d'asperges et de houblon, je me distingue à 18 ans en devenant le champion de ma classe d'âge, catégorie "mangeur de flamekueche", mon seul titre de gloire à ce jour. Après un bac scientifique rattrapé de justesse, d'hésitantes études de sciences politiques, puis de journalisme où mon physique peu télégénique me condamne à la presse écrite, je choisis de prendre le large, au grand dam de mes parents, pour découvrir la "France de l'intérieur". D'abord aux Sables d'Olonne, où je participe, moi qui ait horreur du bateau, à l'organisation du Vendée Globe et apprend à bouffer des moules et de la sole. Ensuite à Saint-Tropez, attiré par la cambrure de l'artillerie locale. Le temps d'un passage dans le Berry pour expier mes péchés tropéziens, je reviens comme la vague sur les bords de la Méditerranée, succombant une seconde fois aux irrésistibles sirènes...de Saint-Tropez. Depuis, à l'entame de la cinquantaine bedonnante, j’ai pris femme et enfant. Et mes parents m'attendent toujours...


2/// Comment vous est venue l’idée d’écrire ?

C'est une idée qui me poursuit depuis longtemps, précisément depuis mon entrée dans la vie professionnelle. De temps à autre, j'écrivais quelques nouvelles et il y a quinze ans durant une période de recherche d'emploi j'avais commis un premier roman écrit au fil de la plume. Il n'était donc pas structuré mais j'avais tenu la distance d'un roman.


3/// Quels sont vos auteurs préférés ?

Je suis tombé il y a une vingtaine d'années dans le côté obscur de la littérature, autrement dit le roman noir, le polar et le thriller, en lisant le phénoménal "Les racines du mal" de Maurice Dantec. Puis j'ai adoré "Les orpailleurs" et "Moloch" de Thierry Jonquet. Sinon, j'aime beaucoup Tim Willocks, RJ Ellory, Don Winslow...


4///Quel est le moment le plus propice pour écrire ?

Indiscutablement pour moi c'est le matin. Quand je travaille, j'écris entre 7 et 9, entre 12h30 et 14h et le samedi matin. En vacances, c'est encore le matin.


5/// Aimez-vous savoir si un lecteur apprécie ou non votre roman ?

Oui, c'est important et grâce à Facebook j'ai eu la chance d'avoir des dizaines et des dizaines de retour de lecture. Dans l'ensemble très positifs et très encourageants.


6/// Dans la chute du cafard, j'ai découvert les lieux bien décrits et une multitude de personnages bien campés. Combien de temps avez-vous mis pour l'écrire car j'ai senti votre implication qui est énorme faisant de ce roman une réussite?

Il m'a fallu deux ans et demi pour en venir à bout, dont neuf mois sur le scénario et plus d'un an de réécriture. La phase d'écriture après un énorme travail scénaristique a été somme toute assez rapide. Mais ensuite il a fallu encore un an jusqu'à ce que le livre soit sorti, le temps de trouver un éditeur et de retravailler le texte initial pour le raccourcir et le rendre plus percutant.


7/// Votre premier roman est pour moi une sacré découverte, vous avez mis la barre haute, votre prochain roman sera-t-il dans la même veine? Pourriez-vous m'en parler un peu plus sans dévoiler bien sûr l'intrigue?

Le second roman ne sera pas tout-à-fait dans la même veine, car après "La chute du cafard" qui m'a demandé un tel investissement il me fallait écrire quelque chose de différent. Le prochain sera plus court, encore plus rythmé, mais tout aussi noir, voir plus ! L'histoire se déroulera à Marseille entre le stade Vélodrome et l'hôpital de la Timone, mais pas que...


8/// Votre prochain titre sera-t-il édité dans la même maison d'édition?

Joker !


9/// Libre à vous de conclure cette interview Denis.

Eh bien, après les débuts encourageants de mon premier roman, j'espère avant tout progresser dans mon écriture, dans la façon d'aborder le roman et dans le but d'écrire des histoires les plus prenantes possibles. Progresser, persévérer et redoubler d'efforts.


lundi 7 août 2017

Daniel Cole: " Ragdoll"

Editions Robert Laffont
La Bête Noire
464 pages


4 ème de couverture



Un corps. Six victimes. Aucun fil rouge. Votre nom figure sur la liste du tueur. La date de votre mort aussi…
Pour une fois, fiez-vous aux apparences : déjà vendu dans 34 pays, Ragdoll est LE thriller de l’année!

« À vous couper le souffle. Si vous avez aimé “Seven”, vous adorerez ! » M.J. Arlidge, auteur du best-seller Am Stram Gram.

La police découvre un cadavre composé de six victimes démembrées, assemblées entre elles par des points de suture telle une marionnette, et que la presse va rebaptiser Ragdoll, la poupée de chiffon. L’inspecteur Fawkes, qui vient juste d’être réintégré à la Metropolitan Police de Londres, dirige l’enquête sur cette épouvantable affaire, aidé par son ancienne coéquipière, l’inspecteur Baxter. Le tueur nargue la police en diffusant via les médias une liste de six noms, et en précisant les dates auxquelles il compte les assassiner. Fawkes et Baxter réussiront-ils à sauver ces six personnes, quand le monde entier garde les yeux braqués sur chacun de leurs mouvements ?



Mon avis



"Ragdoll" de Daniel Cole plonge le lecteur dans une histoire glaçante;six victimes, des membres recomposés pour créer une poupée de chiffon (Ragdoll en anglais) et un compte à rebours menaçant d'exécuter des personnes sur une liste... Un casse-tête qui met en ébullition la Metropolitan Police de Londres.

Pour moi aussi, c'était un casse-tête. Mais je m'y suis attelée avec délectation. Bien sûr les histoires s’entremêlent et il faut se concentrer pour ne pas perdre le fil. L’auteur d’ailleurs reprend intelligemment les éléments de l’intrigue avec des rappels afin de ne pas rendre l’ensemble trop difficile à suivre. Mais comme de nombreux polars, il est normal d’être vigilant, cela fait partie de l’attrait de ce genre littéraire. Donc, je peux affirmer que Daniel Cole s’en sort haut la main dans cet exercice mêlant plusieurs intrigues. Sans compter l’histoire personnelle des héros qui s’ajoute à l’enquête !

Justement, avant l’investigation, c’est la truculence des personnages qui m’a vraiment attirée. L’inspecteur « Wolf » est sexy à souhait tout en étant très sombre dès les premiers paragraphes. Sa coéquipière Emilie Baxter n’est pas en reste avec son caractère bien trempé et ses réparties politiquement incorrectes. Un travail sur les protagonistes qui donne une richesse supplémentaire non négligeable au récit ; les « seconds rôles » étant bien mis en valeur également.

lundi 31 juillet 2017

Denis Zott: " La chute du cafard"


Geste Editions
600 pages



4 ème de couverture


Le Mendiant l’avait prévenu à son arrivée dans le Berry où il venait d’être muté. « Fais gaffe à ne pas rester trop longtemps, mon pote ! Et fais gaffe aussi aux jeunes ! Ici ils s’emmerdent. Mortellement... »

Lorsque, en pleine période électorale, « Celui qui regarde à travers les murs » vole une photo dans une banque d’images ultrasécurisée et l’expédie par mail aux élèves du collège Colbert à Châteauroux avec le message « Vous la reconnaissez ? », c’est une bombe qui tombe sur la ville.

En découvrant la photo, Anita, « le cafard », veut disparaître de la surface de la Terre, mais non sans faire payer les responsables de son humiliation. Elle les entraînera tous dans sa chute. L’effet domino sera dévastateur. Et gare aux dommages collatéraux.

Le commandant Yann Lespoir, qui mène l’enquête, ne sera pas épargné. Le Mendiant l’avait prévenu.



Mon avis


Je me lance dans " La chute du cafard", c'est un énorme pavé, 600 pages. J'espère qu'il sera à la hauteur de mes attentes et qu'il m'emmènera loin!

Certes le début est lent, le temps que l'auteur aborde et nous brosse les personnages, j'ai fait connaissance des lieux et de l'ambiance.

Une fois arrivé à la page 100, l'intrigue commence à prendre de l'ampleur. Une jeune adolescente s'est défenestrée d'un appartement du 3 ème étage. L'action se passe dans le Berry, près de Châteauroux. Divers cambriolages sévissent dans la région et les gendarmes vont devoir mener l'enquête.
S'ensuivent d'autres faits qui vont faire intervenir une fois de plus les gendarmes mais aussi la SRPJ d' Orléans et de la commissaire divisionnaire Jézabel Declercq. Certaines tensions subsistent entre coéquipiers...

" - Quelle merde! Des enfants prisonniers, contraints au vol et à la cambriole. Des adultes dont on n'est pas capable de déterminer le rôle exact: victime ou geôlier, ou les deux? Notre affaire dépasse de loin l'organisation de cambriolages en série et de recel. "

vendredi 28 juillet 2017

Jean-Marc Dhainaut: " La Maison bleu horizon"


Taurnada Editions
260 pages
Collection L'ombre des mots



4 ème de couverture


Janvier 1985. Tout commence par un message laissé sur le répondeur d'Alan Lambin, enquêteur spécialiste en phénomènes de hantises. Une maison, dans un village de la Somme, semble hantée par un esprit qui effraie la famille qui y vit. En quittant sa chère Bretagne, Alan ignore encore l'enquête bouleversante qui l'attend et les cauchemars qui vont le projeter au cœur des tranchées de 1915. Bloqué par une tempête de neige, sous le regard perçant d'un étrange corbeau, Alan réussira-t-il à libérer cette maison de ce qui la tourmente ?



Mon avis


La famille Anneraux est installée depuis six mois dans une maison de maître du 19 ème siècle nommée le château. L'histoire débute en 1985 lorsque Hélène Anneraux tente de joindre par téléphone Alan Lambin. Ce dernier prend connaissance du message laissé sur le répondeur et rappelle aussitôt Hélène. Cet homme surnommé " Chasseur de fantômes" se rend dans cette demeure soit disant réputée pour être hantée à Villers-Bretonneux, dans le village de la Somme.

Depuis le départ du mari d' Hélène, Jean-Pierre, les deux enfants, Thomas et Peggy, ont peur et Mélanie, la domestique de la maison ne se sent pas à l'aise; cette maison subit d'étranges apparitions et phénomènes de hantise. Alors, Alan Lambin, spécialiste de ces phénomènes, va devoir élucider et comprendre ce qui déclenche la terreur au sein de ce foyer. La vision d'un homme ou l'apparition d'une femme squelettique ne fait qu’accroître la peur du jeune enfant. Certains bruits et objets déplacés vont aussitôt mettre en action notre chasseur de fantômes.

" Elle sentait bien que quelque chose n'était plus normal dans sa maison. Et plus particulièrement cette nuit du 3 au 4 janvier, lorsqu'une fois sur le palier, elle entendit des pas derrière elle. En se retournant, elle vit la porte de la chambre de Thomas se refermer brutalement. "

L'enquête va s'avérer très complexe et prendre des tournures dangereuses voire hallucinantes...

" La Maison bleu horizon" est certes un roman fantastique mais pas que... Au fur et à mesure de l'histoire, des rebondissements vont déclencher d'autres pistes. Ainsi l'intrigue efface petit-à-petit le côté fantastique du roman pour ainsi laisser place aux émotions et à une toute autre Histoire.

jeudi 27 juillet 2017

Marie-Alix Thomelin: Fight Girls 1 " Tokyo's tournament"

Editions l'Atelier Mosesu
260 pages


4 ème de couverture


Le MMA, cela vous dit quelque chose ?

Mixed Martial Arts, autrefois le free-fight, un sport de combat complet, où presque tous les coups sont permis…
Que viennent faire Shayma et Jess à Tokyo ?
Qu’est-ce qui peut bien pousser de si jolies jeunes femmes à se risquer à ce sport ?
Règle N°1 : La participation au tournoi est strictement confidentielle.
Règle N°2 : les autres participantes sont tes ennemies.
Il y a encore 3 autres règles à respecter, seules des Dirty Girls peuvent se risquer à ce challenge.

Mais que cache véritablement ce tournois ?


Mon avis


"Fight girls" de Marie-Alix Thomelin met en scène deux filles spécialistes en MMA, mixed martial arts. Elles se retrouvent impliquées dans une aventure très risquée alors qu'elles ne pensent que participer à un tournoi de MMA.
Ce roman est très passionnant, facile à lire et fut pour moi une belle surprise!

Le style est direct. L'auteure ne perd pas de temps, tout va très vite. J'ai plongé tout de suite dans l'action qui est omniprésente du début à la fin.

"Elle parvient à la plaquer contre la grille de la cage et se sert de son corps comme levier pour la jeter à terre. Puis elle s'assoit sur elle, coince ses bras et ses épaules sous ses cuisses et la roue de coups au visage. "

samedi 22 juillet 2017

Linda Huber: " Une mer si froide"


Editions Presse de la Cité
368 pages


4 ème de couverture



Juste un moment d'inattention...

Un jour de fin d'été, sur une plage des Cornouailles, Olivia, trois ans, disparaît. Effondrés, ses parents Maggie et Colin attendent en vain que l'Océan leur restitue le corps de l'enfant.

Quelques semaines plus tard, non loin de là, c'est la rentrée des classes pour Hailey, cinq ans. Jennifer s'en fait une fierté mais depuis quelque temps, sa petite fille est distante et craintive, si bien que Jennifer se laisse parfois déborder par la nervosité. D'autant que son mari est absent, qu'elle affronte seule une nouvelle grossesse, et que certaines bribes de son passé lui reviennent comme enveloppées de brouillard.

Alors que Maggie traverse la pire épreuve de sa vie, Jennifer veut redonner l'apparence du bonheur à sa famille fracassée. Intriguée par la fillette mutique, Katie, une jeune

institutrice passionnée par son métier, pousse Hailey à mettre des mots sur les démons qui l'étouffent...


Construite comme un thriller, rythmée par l'implacable mécanique du suspense, une poignante histoire de deuil, de maternité, et de résilience.


Mon avis


" Une mer si froide" est un roman psychologique émouvant et très fort. Il présente deux tableaux féminins dont la vie a basculé par la perte d'un enfant. Comment faire face à un tel événement? La douleur, la folie et la culpabilité sont au cœur de ce récit. Sombreriez-vous dans la fureur ou au contraire vous remettriez-vous en cause lors d'une telle situation?

Dans " Une mer si froide", dès les premières pages j'ai ressenti de la crainte, de l’inquiétude et de la tristesse.

"Depuis le seuil, Maggie observait fixement la chambre d’Olivia. Elle était minuscule, comme toutes les pièces du cottage, mais, contrairement aux autres, figée. Jouets et jeux… tout ici était immobile depuis une semaine maintenant. Poupons et Barbie se côtoyaient sur l’étagère, un assortiment de peluches étaient éparpillées sur le lit, et Vieux Nounours, le doudou d’Olivia, était assis sur une chaise en bois à côté de la fenêtre.
Maggie entendait la mer cogner contre la falaise. "

mardi 18 juillet 2017

Franck Thilliez: l' avis de Yannick Dubart sur " Sharko"


Editions Fleuvenoir
576 pages

J'ai le plaisir de vous faire part du ressenti de Yannick Dubart concernant le dernier roman de Franck Thilliez intitulé " Sharko".

4 ème de couverture


« Sharko comparait toujours les premiers jours d’une enquête à une partie de chasse.

Ils étaient la meute de chiens stimulés par les cors, qui s’élancent à la poursuite du gibier.
À la différence près que, cette fois, le gibier, c’était eux. »


Eux, c’est Lucie Henebelle et Franck Sharko, flics aux 36 quai des Orfèvres, unis à la ville comme à la scène, parents de deux petits garçons.

Lucie n’a pas eu le choix : en dehors de toute procédure légale, dans une cave perdue en banlieue sud de Paris, elle a tué un homme. Que Franck ignore pourquoi elle se trouvait là à ce moment précis importe peu : pour protéger Lucie, il a maquillé la scène de crime. Une scène désormais digne d’être confiée au 36, car l’homme abattu n’avait semble-t-il rien d’un citoyen ordinaire et il a fallu lui inventer une mort à sa mesure.

Lucie, Franck et leur équipe vont donc récupérer l’enquête et s’enfoncer dans les brumes de plus en plus épaisses de la noirceur humaine. Cette enquête autour du meurtre qu’à deux ils ont commis pourrait bien sonner le glas de leur intégrité, de leur équilibre, et souffler comme un château de cartes le fragile édifice qu’ils s’étaient efforcés de bâtir.

L'avis de Yannick Dubart


J'ai lu la plupart des romans de Franck Thilliez. J'y reviens souvent surtout quand il met en scène ses deux héros Franck Sharko et Lucie Henebelle.

Cette fois je me suis attelée à "Sharko". Ces deux flics vont se retrouver dans la peau de ces criminels qu'ils ont tant pourchassés et détestés. Une histoire dans l’histoire va donc mener vers des secrets et des méandres fallacieux.
Que dire sinon que c'est magistral et original. Ce romancier a encore su se renouveler. Nous nous plongeons dans l'histoire avec les mêmes personnages, les collègues du couple et leur famille. Nous suivons ses héros "habituels" car nous y sommes très attachés et donc prenons en pleine face leurs problèmes, leur tragédie.
Ce perfide Thilliez parvient à nous faire ressentir les tourments des deux policiers comme si nous vivions à leur côté. Nous avons peur pour eux, nous redoutons qu'ils se fassent découvrir. Nous avons la crainte de chuter en même temps qu'eux.

Le style est toujours présent, estampillé Franck Thilliez. Jamais aucune faiblesse de ce côté-là non plus ! Pas de faute de goût dans ces paragraphes qui s'enchaînent intelligemment. Les mots sont choisis pour mettre le lecteur sous pression, les phrases sont cinglantes.

« Déguisés façon Playmobil, ils s’engagèrent dans des couloirs. Ouvertures de portes, sas, la fraîcheur qui tabasse le visage comme une giclée de glaçons. »

lundi 17 juillet 2017

Amélie De Lima: " Interview"





J'ai le plaisir de partager avec vous, lecteurs, une interview pour mieux connaitre l'auteure Amélie De Lima.
Après avoir lu son premier roman Le silence des aveux auto-édité, j'ai voulu en savoir un peu plus sur cette auteure.

1- Comment te définirais-tu ?

Solitaire et mondaine à la fois.


2- Comment t'est venue l’idée d’écrire ?

J’ai toujours été une personne assez réservée, dans ma bulle. J’ai donc toujours écrit, depuis mes 10 ans environ. J’ai d’ailleurs un énorme cahier où j’ai écrit une tonne de nouvelles fantastiques et policières durant mon adolescence. C’est ma petite sœur Victoria qui l’a soigneusement gardé. Ensuite, j’ai écrit une mini pièce de théâtre vers 14 ans et bien d’autres choses…J’ai eu ma période où j’étais complètement fascinée par les contes russes et puis j’ai commencé à écrire dans un blog…Les nouvelles fonctionnaient assez bien, puis je me suis mise à écrire ce qu’est devenu Le silence des aveux aujourd’hui.


3- Quels sont tes auteurs préférés ?

Mes auteurs préférés sont Herman Hesse, Baudelaire, Zweig et Zola pour les classiques. Dolores Redondo, Pierre Lemaitre, Gillian Flynn et Michel Quint pour les plus modernes.


4- Quel est ton film préféré ?

Mon film préféré…C’est difficile…Un qui m’a particulièrement frappé par son esthétique parfaite, Nocturnal Animals, sinon deux classiques, Hiroshima mon amour et Portier de nuit.


5- Dans Le silence des aveux, pourquoi avoir choisi la ville de Lille?

Je suis originaire de Lille, mes racines sont lilloises même si je vis depuis quelques années à l’étranger.


6- Les personnages sont très bien dépeints mais l'ambiance n'est que peu retranscrite; Pourquoi avoir plus ciblé sur ces derniers plutôt que le décor?

J’ai toujours été très attachée et fascinée par la nature humaine, la psychologie, les failles, les traumatismes de l’enfance. Je n’ai fait que suivre mon instinct, c’est ce que j’avais envie d’écrire à ce moment-là. 


7- Quel est le moment le plus propice pour écrire ?

Le soir. J’adore écrire le soir, dans le noir, avec une musique de fond. Piano généralement.


8- Quelles sont tes passions en dehors de l’écriture ?

Les voyages. J’ai beaucoup voyagé et vécu dans différents pays. Le théâtre, le ciné d’art et d’essai et la mode.


9- Prépares-tu déjà ton prochain roman, sera-t-il également en auto-édité ? 

Oui, il est en cours. Grâce à tous les conseils que j’ai eu la chance de recevoir de la part des lecteurs, il sera plus focalisé sur l’enquête, sans oublier la partie psychologique bien sûr. Certains personnages du premier roman réapparaîtront dans le second qui se déroulera entre Lille et la frontière Belge. Pour le moment, je pense qu’il sera auto-édité.


10- Libre à toi de conclure cette interview.

Et bien, je voulais remercier toutes celles et ceux qui m’ont fait confiance en lisant mon premier roman. Je sais qu’il est loin d’être parfait, mais je l’ai écrit sans aucune prétention. J’ai maintenant plus de rodage concernant les différentes étapes dans la publication d’un roman et surtout, j’ai eu la chance de recevoir beaucoup de tuyaux que j’utiliserai dans le prochain roman. Par exemple, les correcteurs bénévoles dont je ne connaissais absolument pas l’existence et qui font un travail merveilleux. Donc, un grand merci aux groupes FB de partages et d’entraides, qui nous permettent d’avancer, de progresser et de continuer à rêver en écrivant…



vendredi 14 juillet 2017

Amélie de Lima: " Le silence des aveux"


Auto-édités
437 pages


4 ème de couverture



Lille, novembre 2010, le corps sans vie d’une adolescente est retrouvé près de la Deûle enneigée, dans d’étranges conditions. Cheveux scalpés, habillée mais sans sous-vêtements, un billet de vingt euros dans la main, tout prête à croire qu’il s’agit d’un crime sexuel. Véronique De Smet, commissaire chargée de l’affaire semble piétiner, les meurtres s'enchaînent et l’enquête est au plus bas. Pourtant, un revirement de situation permettra à Véronique de mettre la main sur le présumé meurtrier, un trentenaire qui semble être le coupable idéal. Mais, l’est-il vraiment ? Aidée de l’inspecteur Bernier, Véronique réalisera un travail de fond, sur l’enquête et sur elle-même, pour démêler cette affaire, où rien ne semble être ce qu’il parait...


Mon avis


Fin novembre 2010, la ville de Lille est enneigée, Véronique De Smet, commissaire de police, reçoit un appel de l'inspecteur Bernier. Une jeune fille à peine âgée d'une quinzaine d'années est retrouvée morte non loin de la Deûle. Un seul indice y figure sur le lieu du crime, un billet de vingt euros dont le mot DÉLIVRANCE est inscrit en rouge.
Pour le commissaire De Smet et l'inspecteur Bernier, l'enquête va s'avérer difficile faute de preuves et d'indices.

" On lui a scalpé  les cheveux à grands coups de ciseaux, comme vous pouvez vous-même le constater.
Il désigne d'un coup de menton, le crâne saccagé de l'adolescente, auréolé d'une énorme touffe de cheveux. "

En parallèle, on suit l'histoire d' Elise Louvage, une psychologue de renommée. Madame Malaire, à cause d'un souci de santé demande à Elise de s'occuper du dossier d'un patient, Monsieur Benjamin Morel. Il est très fragile et perturbé psychologiquement.

D'autres cadavres seront retrouvés au même endroit avec le même modus operandi.

Lille est ainsi en danger, le meurtrier a de nouveau frappé. Quelle est la véritable identité du tueur? L'enquête piétine, demeure inexploitable pour la police. Tout ne sera pas aussi simple dans cette affaire...

Dans " Le silence des aveux", l'auteure Amélie De Lima, décrit et développe longuement chacun des personnages par le biais de flash back. L'auteure aime surtout faire ressentir aux lecteurs leurs émotions.
Oubliant  parfois l'ambiance voire l'intrigue, Amélie De Lima se glisse avec perfection  dans la peau de ces protagonistes.
Quelques longueurs subsistent à la lecture de ce roman pouvant alourdir le récit et l'intérêt de l'intrigue.

Mais même si ce roman est un gros pavé, je ne me suis point ennuyée car je voulais savoir à tout prix le dénouement final.

Les protagonistes sont bien campés et attachants.
Quelques imperfections dans l'écriture sont encore à noter mais il faut souligner que c'est un premier roman que l'auteure écrit et je sens qu'elle a un potentiel énorme.

Quant à la fin c'est inattendu et plutôt bien trouvé!
" Le silence des aveux" n'est pas qu' un thriller car Amélie De Lima s'appuie davantage sur les maux des personnages.

Malgré quelques failles dans ce roman, j'ai hâte de suivre la plume de cette auteure et de voir ce qu'elle va nous proposer par la suite.


Bande son



L'auteure



Originaire de Lille, actuellement expatriée à Barcelone elle est rédactrice web et formatrice en entreprise. Elle toujours été passionnée par la lecture et l’écriture, raison pour laquelle, elle s'est plongée dans les études littéraires.

Elle écrit depuis l’âge de 10 ans, en commençant par des nouvelles policières, fantastiques et des poèmes. Il y a près d’un an et demi, Amélie a décidé d’écrire (enfin) son premier roman auto-édité qui se déroule à Lille, dans un esprit sombre et nordique.

Son premier roman est un thriller psychologique qui s’intitule LE SILENCE DES AVEUX.

Sa page facebook:

Son site web:




Articles les plus consultés