mardi 28 juillet 2015

Nicolas Lebel: " L'heure des fous"


Editions  Marabooks
352 pages


4ème  couverture



Paris: un SDF est poignardé à mort sur une voie ferrée de la gare de Lyon. "Vous me réglez ça. Rapide et propre, qu’'on n’'y passe pas Noël", ordonne le commissaire au capitaine Mehrlicht et à son équipe : le lieutenant Dossantos, exalté du code pénal et du bon droit, le lieutenant Sophie Latour qui panique dans les flash mobs, et le lieutenant stagiaire Ménard, souffre-douleur du capitaine à tête de grenouille, amateur de sudoku et de répliques d’Audiard...
Mais ce qui s’annonçait comme un simple règlement de comptes entre SDF se complique quand le cadavre révèle son identité.
L’affaire va entraîner le groupe d’enquêteurs dans les méandres de la Jungle, nouvelle Cour des miracles au cœur du bois de Vincennes, dans le dédale de l’illustre Sorbonne, jusqu’aux arrière-cours des troquets parisiens, pour s’achever en une course contre la montre dans les rues de la capitale.
Il leur faut à tout prix empêcher que ne sonne l’'heure des fous...


Mon avis



" L'heure des fous" est le premier roman de Nicolas Lebel et ça vaut le détour. C'est une réussite et une pure merveille. Je m'en mords les doigts de ne pas l'avoir lu avant car il trônait sagement sur ma  table de chevet. C'est l'avis d'un autre bloggeur qui m'a incité à le lire assez vite, d'ailleurs merci à toi David pour ton avis qui s'y trouve en cliquant ici c'est contagieux. Et le moment est venu pour moi de le découvrir.
Dès le début du livre j'ai accroché aux personnages et à l'histoire. Les protagonistes sont attachants et je n'ai pas cessé de les suivre dans cette affaire quelque peu banale. Certes le thème est délicat car il s'agit des SDF mais au fur et à mesure que j'ai avancé dans l'histoire je peux vous dire que c'est bien plus que cela. Je ne veux pas dévoiler toute l'intrigue du roman car la quatrième couverture en dit suffisamment...

Le style particulier de Nicolas Lebel est un mélange de références poétiques, argotiques et humoristiques. Le rythme est rapide, monte crescendo, c'est un vrai page turner. Une fois commencée, j'ai vraiment eu dû mal à lâcher " l'heure des fous", je vous assure je ne deviens pas dingue à ce point là quoique....

samedi 18 juillet 2015

Samuel Delage : " Cabale Pyramidion "





Edition Albin Michel
336 pages




4ème couverture



À Gizeh, les pyramides n’ont pas livré tous leurs secrets…
Au musée égyptien du Caire, une statuette est retrouvée dans le sac de Marion Evans, une jeune chercheuse aussitôt accusée de vol. Coup monté ? Mais par qui et pourquoi ?
Pour son ami Yvan Sauvage, célèbre expert en art, aucun doute : on veut se débarrasser de la jeune femme sur le point de retrouver le légendaire – et tant convoité – pyramidion de Kheops.
Trafic et recel d’antiquités, policiers véreux et cupides, égyptologues assoiffés de notoriété, énigme millénaire… jouant avec les codes du roman d’aventures et du thriller, l’auteur de Code Salamandre (Prix Plume libre) nous entraîne dans une folle course contre la montre au cœur de l’Égypte du printemps arabe.



Mon avis



Samuel Delage nous fait voyager et découvrir l' Egypte. On y retrouve Yvan Sauvage, expert en Art et commissaire priseur à Paris ainsi que Marion Evan, son ancienne étudiante. Marion serait coupable d'avoir volé une statuette. Ayant les gardes à ses trousses, elle prend la fuite. L'expert apprend qu'elle a de sérieux ennuis et est recherchée par les autorités égyptiennes. Yvan quitte donc de la capitale pour aller en Egypte. Il veut la défendre et l'innocenter car il sait que Marion n'est pas coupable. Est ce un complot ? A t-elle été manipulée?.....

" Cabale Pyramidion " est un roman où l'univers se base sur l'authenticité des pièces; trafics d'antiquités et enjeux politiques sont les thèmes prédominants.

jeudi 16 juillet 2015

Arnaud Papin: " Exogène Saison 1 "



Les Presses du Midi
279 pages

4ème couverture



Dans un futur proche, Paris vit sous surveillance vidéo. L’auteur zoome sur deux personnages. Nancy Lanier, une adolescente à l’aube de sa carrière de mannequin, avale sous l’influence de son petit ami une mystérieuse gélule rose qui la fait basculer soudainement de l’autre côté du miroir… De son côté, Ilyas Aloui, travailleur social à SOS drogues en instance de divorce, reçoit un e-mail-au-secours de la part d’une inconnue qui vit sous le joug d’un homme aux mœurs sexuelles décomplexées.


Mon avis




Difficile de classer ce titre car il est à la fois fantastique, anticipation et autofiction. Arnaud Papin nous relate l'histoire de Nancy Lanier, une jeune femme dont le physique est agréable et ne laisse personne indifférent. Son petit ami, Philippe Ross, est fournisseur, dealer de service. Il fait découvrir à sa copine une gélule hors du commun appelée encore E2. Une substance que personne ne connait encore. Nancy s'y prête à découvrir d'autres horizons et le résultat est phénoménal et grandiose. Elle arrive à décrypter les pensées des autres, les entendre.

 "Nancy s'était alors sentie propulsée et plongée dans un grand moment de communion et d'ouvertures au sein duquel elle avait découvert une nouvelle façon d'envisager cette drogue, d'en apprécier les effets."

A quoi sert réellement cette drogue?

Arnaud Papin nous raconte également la vie de Ilyas Alaoui, coordinateur à SOS drogues. La vie de ces deux personnages vont par la suite se croiser.

dimanche 12 juillet 2015

Gilles Laporte: " L'Etendard et la Rose"



Editions Presse de la Cité
416 pages


4ème couverture



La trajectoire d'un jeune orphelin obsédé par le secret de ses origines
- " fils de Boche ou d'Amerlock ?"-, hanté par son désir de devenir écrivain.
La vie éperdument romanesque de Louis Delhuis, petit-fils d'instituteur, ne doit rien au hasard.
Ses amitiés dans le monde ouvrier où plongent ses racines etdes rencontres capitales vont forger sa conscience.
Et c'est le coeur chaviré par la Nouchka la violoniste ou Lucie la fleuriste que Louis grandit, fort du lien puissant qui l'attache à toutes ces figures féminines qui l'ont guidé depuis l'enfance.


Mon avis



" L'Etendard et la Rose " est le dernier livre d'une trilogie de Gilles Laporte. Cependant il peut se lire comme un one shot et c'est ce que j'ai fait. Me voici donc partie pour une balade en Lorraine, une balade éprouvante...

Avec des mots magiques et magnifiques, un style fort agréable à lire, Gilles Laporte nous raconte l'histoire de Louis-Paul.
Louis-Paul est né en 1945 dans des circonstances étranges et personne ne sait vraiment qui il est...

"Un fils de Boche", un fils "d' Amerlock"? Autant de questions qui font de sa vie un enfer et le tourmente sans cesse. Il ne trouve sa place nulle part ; pas plus à l'école que dans sa famille.
Il se réfugie donc chez Angèle, une vieille dame fort sympathique. Il devient alors un homme.

Gilles Laporte aborde dans ce livre différents sujets comme la recherche de ses origines, la fin de la guerre, la collaboration, la Résistance ce qui rend ce livre très intéressant. Il nous parle également  d'un de ses livres à travers Louis car il travaille avec acharnement sur un des manuscrits.

"Chaque matin, au premier chant du coq, il serrait les poings, se répétait maintenant le défi de percer le secret de sa naissance – bâtard de Boche ou d’Amerlock –, et l’autre qu’il s’était lancé en même temps qu’il le crachait avec ses larmes de rage au visage de ce Victor fou : « Un jour, je remplacerai les livres que tu as brûlés. Je serai écrivain ! "


Merci de me faire plonger dans cette fresque historique; les larmes, les émotions sont au rendez vous. Ça  me remémore quelques sujets d'histoire.


Une belle découverte d'un style qui change de mes lectures habituelles. Merci à Gilles Laporte pour l'envoi de son roman.


L'auteur

Gilles Laporte est écrivain, scénariste, homme de radio et de télévision, conférencier et ancien président du prix littéraire Erckmann-Chatrian. Auteur d'une dizaine de films et d'une vingtaine d'ouvrages (romans, biographies...), il a déjà publié aux Presses de la CitéLe Loup de Métendal, La Fontaine de Gérémoy, Cantate de cristal, Des fleurs à l'encre violette et La Clé aux âmes.

vendredi 10 juillet 2015

Barbara Abel : " L'innocence des bourreaux "



Editions Belfond
336 pages


4ème couverture



Dans une supérette de quartier, quelques clients font leur course, un jour comme tant d’autres. Parmi eux une jeune maman qui a laissé sa fille de trois ans seule à la maison devant un dessin animé. Seulement quelques minutes le temps d’acheter ce qui manquait pour son repas.
Parmi eux, un couple adultère, parmi eux une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s’il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent…Des gens normaux, sans histoire, ou presque.

Et puis un junkie qui, à cause du manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé pour récupérer quelques dizaines d’euros. Mais quand le braquage tourne mal et que, dans un mouvement de panique, les rôles s’inversent, la vie de ces hommes et femmes sans histoire bascule dans l’horreur.Dès lors, entre victimes et bourreaux, la frontière est mince.


Mon avis





Quand je commence généralement un livre de Barbara Abel, je sais d'entrée de jeu que la magie va s'opérer, que c'est une valeur sûre. Avec " L'innocence des bourreaux ", je peux vous dire que j'ai eu une pression phénoménale !!!.

Dès les premières pages lues, le décor est planté, l'auteur nous envoie dans un lieu où tout le monde va à la dernière minute ; une supérette qui ne paye pas de mine. Quoi de plus banal va-t-on dire comme endroit mais une fois rentrée dans ce lieu, je suis prise à la gorge, étouffée et à la limite du vertige. Tel est l'univers dans lequel Barbara nous embarque !!!.
C'est un roman à huis clos comme je les aime avec des rebondissements à tordre l'estomac. Il est oppressant, toutes les émotions ressenties par les personnages vont vous conditionner.

Peur, haine, rage sont les particules émotionnelles se dégageant de chaque protagoniste. A travers chaque chapitre, l'auteure détaille avec finesse les personnes, tout est mis à nu. On a l'impression de rentrer dans le cerveau de chacun. Certaines apparences seront parfois trompeuses.

mercredi 8 juillet 2015

Didier Hermand : " Pleure pas Noëlla "


Editions  Atria
148 pages

4ème couverture




Noëlla connaît une enfance malheureuse aux côtés d'un père trop faible et d'une mère alcoolique, violente et manipulatrice.

Entre humiliations et manque d'amour, c'est le destin tragique d'une adolescente qui a eu le malheur de naître au mauvais endroit, au mauvais moment. L'auteur dénonce sans jugement les acteurs de sa vie, les personnes aveugles et sourdes qui ont croisé sa route : voisins, professeurs... des adultes responsables qui auraient pu, à un moment donné, intervenir et peut-être changer le destin de Noëlla.
C'est une histoire contemporaine, bouleversante, comme il s'en passe sûrement tous les jours sous nos fenêtres, peut-être l'histoire d'une enfant qui est passée près de nous, mais que nous n'avons pas vue.



Mon avis



Un titre qui fait réfléchir pourquoi ne pas pleurer à la lecture de ce roman ?
Noëlla est une fille mal aimée, battue et violentée par sa propre mère Lucie. Cette mère est atroce, n'a pas d'amour pour sa fille et son mari Gregor.
Sa seule préoccupation c'est de boire et passer du bon temps dans un bar.
Cette histoire n'est pas très gaie mais Noëlla essaie de surmonter face à cette mère démoniaque.

Didier Hermand retrace un thème déjà abordé maintes fois mais sa plume est tellement agréable que je ne pouvais pas NE PAS  lire " Pleure  pas Noëlla".

Avec des phrases percutantes et si réelles, je me suis dit comment l'auteur arrive à me mettre dans un état de malaise?
Une famille dont la vie est brisée à jamais.
Face à un père qui ne voit pas forcément les agissements de sa femme sur Noëlla, cette adolescente essaie de se battre mais parviendra t-elle à être heureuse?

mardi 7 juillet 2015

Didier Hermand : "Embrasse les vivants pour moi"


Editions Atria
162 pages

4ème couverture




Victime d'un accident de voiture, Marc Therry plonge dans le coma. Au cours de son voyage de l'autre côté du miroir, il va faire des rencontres insolites et troublantes. L'une d'entre elles lui fera une révélation terrible : sa fille Maurine, âgée de quatre ans, court un grave danger.


Où est la réalité ?

Il doit absolument se réveiller pour intervenir...

Didier Hermand nous livre ici son 1er roman.


Mon avis




Après les remarques élogieuses d'une amie Sylvie sur cet auteur, je me suis empressée de lire ces romans par ordre chronologique.

L'auteur nous relate l'histoire de Marc Therry, un homme d'une trentaine d'années ayant une bonne situation professionnelle. Marié et ayant une petite fille, il mène une vie paisible. Mais soudain tout dérape, il subit un accident de voiture qui le plonge dans un profond coma. Va t-il  s'en sortir? Aura t-il la force de revenir à la surface?

"Souviens toi ! Derrière l'obscurité, il y a une autre lumière; cette lumière c'est l'amour des tiens. C'est celle là, que tu dois regagner!"

Pour Marc ce qui le maintient en vie c'est sa fille, Maurine, son subconscient lui dit qu'elle court un grand danger...

Didier Hermand a  une plume bien particulière. Avec des phrases assez courtes et les discours  en italiques de Marc, l'auteur nous fait rentrer  dans le vif du sujet. J'ai eu l'impression d'être dans la peau de Marc et de ressentir ses émotions, ses peurs. Avec le soutien de sa famille, son père et sa femme Claire, toujours présents à ces côtés, je ne peux qu'être touchée par cette histoire. Didier Hermand ne s'arrête pas là car il tente d'expliquer comment le héros combat ses démons avec l'aide d'un certain Sébastien. Il essaie tant bien que mal de sortir de ce profond tunnel.

C'est un roman qui se lit assez vite car la plume est agréable et simple.

"Embrasse les vivants pour moi" m' a profondément touchée, émue. Les bribes de la vie de Marc m'ont beaucoup plues.

J'ai aimé le côté combatif du père, il a un courage phénoménal.

C'est un très bon roman dommage qu'il soit un peu court car j'aurai voulu en savoir  un peu plus sur les personnages.


L'auteur






Nationalité : France

Né(e) à : Lille , le 27/04/1959



Didier Hermand vit actuellement à Flines-lez-Râches dans le Douaisis.


Véritable touche-à-tout, il a fait mille métiers, a pris le temps d'observer, de s'imprégner et décide, à l'aube de la cinquantaine, de revenir à l'essentiel et d'écrire en toute liberté.


Ses récits abordent des thèmes proches à chacun, notamment ceux concernant les rêves, les projets, les faiblesses, les doutes, et le sens de la vie…


Pour en savoir plus cliquer sur ce lien:

http://www.didierhermand.fr/



lundi 6 juillet 2015

Franck Thilliez: " Pandemia "


Editions  Fleuve noir
644 pages

4ème couverture




" L'homme, tel que nous le connaissons, est le pire virus de la planète. Il se reproduit, détruit, étouffe ses propres réserves, sans aucun respect, sans stratégie de survie. Sans Nous, cette planète court à la catastrophe. Il faut des hommes purs, sélectionnés parmi les meilleurs, et il faut éliminer le reste. Les microbes sont la solution. " Après Angor, une nouvelle aventure pour Franck Sharko et Lucie Henebelle. Et l'enjeu est de taille : la préservation de l'espèce humaine.



Mon avis





Après avoir lu " Angor" que j'avais moyennement apprécié, je me suis dit pourquoi pas de nouveau rejoindre les aventures de Sharko et Lucie Henebelle dans cette nouvelle aventure qu'est " Pandemia".

Quel plaisir de les retrouver dans cette enquête où les cadavres s'amoncellent.

De nouveaux personnages sont également présents; Amandine, une scientifique dont sa spécialité est d'enquêter sur les virus et microbes et  son mari, Phong, atteint d'une maladie et ne peut être en aucun cas en contact avec les microbes...

L'auteur nous plonge dans une histoire où la traque d'un virus est au centre de l'affaire. Il ne faut pas être contaminé mais essayer de survivre dans un milieu où le virus se propage suite aux cadavres de bêtes et d'humains. La seule solution est de trouver la raison, est ce une catastrophe naturelle?

"Des gens toussaient. La plupart mettaient leur main devant la bouche, poliment, puis les posaient ensuite sur les barres, les sièges, les poignées de porte."

"Les microbes se répandaient partout, transitaiet d'un individu à l'autre, s'insinuaient dans les fosses nasales, arrivaient aux poumons puis au sang."


jeudi 2 juillet 2015

Nicolas Zeimet: " Comme une ombre dans la ville"



Edition Toucan NOIR
464 pages



4ème couverture



San Francisco, Californie. L’ombre d’un nouveau serial killer plane sur la ville. En l’espace de quelques semaines, plusieurs femmes présentant le même profil sont assassinées. Toutes blanches, toutes âgées d’environ trente-cinq ans. Sur les lieux du crime, le tueur laisse pour seul indice une entaille sur le poignet de ses victimes. Volonté de maquiller les meurtres en suicides ou signature ?
Jérôme Dubois, jeune auteur de bandes dessinées d’origine française venu s’installer aux Etats-Unis pour faire carrière, se retrouve malgré lui mêlé aux agissements du tueur. Rêveur, solitaire, Jérôme trouve là le moyen d’ajouter le piment qui manque à sa vie. Il ne s’épargne aucun effort pour tenter de démasquer celui qu’on surnomme désormais « le Tueur des collines ». Mais bientôt, le jeu se retourne contre lui. Le chasseur devient la proie.


Mon avis



Je tiens à remercier en particulier Nicolas Zeimet pour l'envoi de ce roman. Après avoir lu " Seuls les vautours" que j'ai adoré, je peux vous dire que celui-ci est mon coup de coeur. Je l'ai dévoré ou plutôt englouti, pratiquement lu en un jour et demi, ce jeune auteur a vraiment un talent fou. Je pensais que " Comme une ombre dans la ville" serait dans la même veine que son deuxième roman alors là pas du tout. Ce livre est hors norme.
Nicols Zeimet nous trame l'histoire de Jérôme Dubois, un jeune illustrateur de comics vivant à San Francisco. Mais les rues de cette ville ne sont pas aussi calmes que ça en a l'air. Des meurtres de femmes de physiques identiques sont découverts ainsi le meurtrier est surnommé " le Tueur des collines". Jérôme tente alors de jouer le justicier masqué en ville.......

Articles les plus consultés